Sanctions économiques: La Russie prépare des mesures de riposte

ECONOMIE Il s'agirait notamment de restrictions aux importations de certaines voitures ou de produits de l'industrie légère...

20 Minutes avec AFP
— 
Le président russe Vladimir Poutine, le 3 septembre 2014 à Oulan Bator, en Mongolie.
Le président russe Vladimir Poutine, le 3 septembre 2014 à Oulan Bator, en Mongolie. — Alexei Nikolsky/AP/SIPA

La Russie a préparé de nouvelles mesures de rétorsion contre les pays occidentaux qui la sanctionnent, prévoyant notamment des restrictions aux importations de certaines voitures ou de produits de l’industrie légère, a indiqué jeudi un conseiller du Kremlin.

«Le ministère de l’Economie a déjà préparé, d’après ce que je sais, la liste des produits» qui seraient visés par ces nouvelles mesures en plus des produits alimentaires déjà sous embargo, a déclaré ce conseiller, Andreï Belooussov, à l’agence de presse publique Ria Novosti. «Mais j’espère que le bon sens prendra le dessus et que nous ne serons pas contraints d’adopter ces mesures», a-t-il dit.

Des produits non-agricoles visés

Interrogé sur les produits qui pourraient être visés, il a cité «toute une série de produits non-agricoles pour lesquels nos partenaires, surtout les Européens, dépendent plus de la Russie que la Russie d’eux».

«Cela concerne par exemple les importations d’automobiles, en premier lieu d’occasion, cela concerne les produits de l’industrie légère que nous pouvons déjà produire nous-mêmes», a ajouté le conseiller.

En réponse aux sanctions occidentales, Moscou a déjà décrété un embargo sur la plupart des produits alimentaires des pays qui la sanctionnent, provoquant une poussée des prix en Russie de certains produits, comme la viande.

Sanctions durcies contre la Russie

Selon des sources européennes, les 28 Etats membres de l’UE ont trouvé jeudi un accord pour durcir leurs sanctions économiques contre la Russie, prévoyant une levée ultérieure si le plan de paix entre Kiev et les séparatistes prorusses se concrétise.

Ces mesures, dont le détail ne doit être connu qu’avec leur publication vendredi au Journal officiel de l’UE, valant entrée en vigueur, avaient été adoptées formellement lundi soir mais les Etats peinaient à s’entendre sur le «timing» de leur déclenchement.

Les nouvelles sanctions doivent notamment restreindre l’accès aux marchés des capitaux pour les grandes compagnies pétrolières russes Rosneft et Transneft, ainsi que pour la branche pétrolière du géant gazier Gazprom.