Immobilier: Les loyers patinent, même dans les grandes villes

LOGEMENT L’Observateur Clameur a publié ce mardi son étude du marché locatif privé….

C.P.

— 

Paris le 02 janvier 2012. Illlustration recherche d'appartements studio logements en location  a louer a Paris. Journal de petites annonces immobilieres de particuliers a particuliers.. Feutre rouge.
Paris le 02 janvier 2012. Illlustration recherche d'appartements studio logements en location a louer a Paris. Journal de petites annonces immobilieres de particuliers a particuliers.. Feutre rouge. — A. GELEBART / 20 MINUTES / SIPA

Dépression. C’est le terme utilisé ce mardi par les professionnels de l’immobilier pour décrire l’état du marché locatif français. Après la déprime de l’année 2013 marquée par des loyers en hausse 0.6 % (pour une inflation de 0.9 %), l’année 2014 s’annonce en effet encore plus morose  sur les huit premiers mois de l’année, les loyers affichent une hausse en rythme annuel de 0,7 %... qui cache des baisses sur certains types de biens et dans certaines villes.

Situation de blocage

«La faible progression des loyers observée depuis le début de 2014 tient au recul des loyers des plus petits logements (- 0.6 % pour les "studios et 1 pièce")  et à la faible augmentation des loyers des "2 pièces" (+ 0.5 %)», note l’Observatoire Clameur.

Principale explication avancée: en période de crise économique, les locataires ne veulent plus prendre le risque de quitter leur appartement, entrainant une chute continue de la mobilité résidentielle, qui s’est établie à 25.9 % en 2014, contre 26,7% en 2013 et 27,2% en 2012.

>> A lire Logement: La France est-elle pire que ses voisins européens?

Baisses dans des grandes villes

Dans ce contexte de blocage du marché, impossible pour les propriétaires de procéder aux traditionnelles hausses de loyer à la signature d’un nouveau bail. Résultat: les loyers baissent dans 37.5 % des villes de plus de 10.000 habitants, la proportion «la plus forte depuis 2009, année durant laquelle l’indice général des loyers de marché avait stagné», souligne Clameur.

Et même les plus grandes villes sont aujourd’hui touchées: les loyers baissent ainsi dans 20 % des villes de plus de 146.000 habitants (Dijon, Montpellier, Reims ou Saint Etienne), ils progressent moins que l’inflation dans 45% des villes (Bordeaux, Grenoble, Marseille, Nantes,  Paris, Rennes, Strasbourg, Toulon et Toulouse). Seules sept villes voient leurs loyers augmenter au-delà de l’inflation, parmi lesquelles Le Mans, Lyon et Nice.