Le budget entre gel et glaciation

© 20 minutes

— 

Acquis pour 2004, le gel des dépenses de l’Etat pourrait se poursuivre jusqu’en 2006. C’est ce qu’envisage le rapport préparé par le gouvernement en vue du débat d’orientation budgétaire, prévu jeudi, à l’Assemblée nationale. Bercy ne cache guère son pessimisme. S’il maintient ses prévisions de croissance – 1,3 % en 2003 et 2,5 % en 2004 – il admet un « risque baissier ». Un euphémisme au regard des prévisions établies de son côté par la Banque de France et dévoilées hier : selon elle, la croissance risque de ne pas même atteindre 1 % cette année. De quoi accentuer le recul des rentrées fiscales et aggraver le déficit de l’Etat. Selon le rapport de Bercy, il devrait atteindre 50 milliards d’euros pour 2003, après les 49,3 milliards de 2002.