Nintendo supprime 320 emplois en Europe

ECONOMIE La réorganisation de l’activité de la filiale européenne du constructeur nippon devait au départ concerner 130 emplois…

Mathias Cena

— 

Une image de Mario sur le stand de Nintendo, à la Game Developers Conference de San Francisco, le 19 mars 2014.
Une image de Mario sur le stand de Nintendo, à la Game Developers Conference de San Francisco, le 19 mars 2014. — Jeff Chiu/AP/SIPA

En juin, Nintendo Europe avait annoncé sa décision de supprimer 130 emplois à son siège de Grossostheim, dans l’ouest de l’Allemagne, pour regrouper ses salariés dans la ville voisine de Francfort. En réalité, ce sont 320 personnes qui devraient perdre leur emploi, la filiale du géant japonais ayant aussi décidé de se séparer de 190 personnes supplémentaires dans le cadre de la réorganisation de son activité de localisation (l’adaptation des jeux pour d’autres pays et régions).

La nouvelle a été confirmée au site Kotaku par l’entreprise qui précise que la suppression de ces 190 «emplois temporaires» de traduction et de test de localisations est la conséquence de la décision de sous-traiter cette activité à l’avenir. Selon les sources du site, beaucoup de ces employés travaillaient pour Nintendo depuis plusieurs années.

Perte de 170 millions d’euros

L’entreprise avait déclaré à Eurogamer en juin que cette décision lui donnerait «plus de flexibilité à long terme pour effectuer des changements dans son activité jeux». Les 320 personnes devraient avoir quitté l’entreprise au plus tard ce dimanche 31 août.

L’annonce se fait alors que Nintendo a présenté une nouvelle version de sa console portable, la 3DS, qui sortira au Japon en octobre. Elle se caractérise notamment par l’ajout de plusieurs boutons et d’une puce sans contact à la norme NFC, conséquence de la nouvelle stratégie de Nintendo de vendre des figurines NFC pour offrir du contenu supplémentaire dans certains jeux.

Après les ventes décevantes de ses consoles, en particulier la Wii U, Nintendo a annoncé une perte de 170 millions d’euros à l’issue de l’exercice budgétaire 2013-2014.