Croissance et emploi au menu d’un Sommet européen sur le 6 octobre en Italie

ECONOMIE François Hollande l’a annoncé ce samedi à l’issue d’une réunion organisée à Paris avec les dirigeants socio-démocrates de l’ UE…

C.P. avec AFP

— 

François Hollande, le 30 août à l’Élysée, après la réunion des dirigeants socio-démocrates européens.
François Hollande, le 30 août à l’Élysée, après la réunion des dirigeants socio-démocrates européens. — WITT/SIPA

«Nous avons soutenu la proposition du président du Conseil italien Matteo Renzi de réunir un sommet de l’Union européenne en Italie le 6 octobre sur la question de la croissance et avec la volonté de mettre l’emploi au cœur des choix européens», a déclaré samedi François Hollande. «Ce sommet en Italie «sera suivi, j’en ai fait moi-même la proposition, par un sommet de la zone euro si nos partenaires l’acceptent», a-t-il ajouté. La priorité, c’est «de faire que l’Europe soit tournée davantage qu’aujourd’hui vers la croissance et vers l’emploi», a plaidé le président français.

«Flexibilité» dans le rythme de réduction des déficits budgétaires

Il a fait état d’un contexte économique européen «préoccupant» marqué par «une reprise trop faible» et «fragile», «une inflation particulièrement basse qui indique bien que l’Europe est en sous-activité» et «un chômage trop élevé».

>> Lire notre éclairage: L'Europe peut-elle en finir avec l'austérité?

Face à ce contexte morose, il juge nécessaire «un assouplissement de la politique monétaire» mais aussi plus de «flexibilité» dans le rythme de réduction des déficits budgétaires afin qu’il soit «compatible avec les objectifs de croissance». Deux propositions défendues à plusieurs reprises par le Premier ministre Manuel Valls et son ministre des Finances Michel Sapin, depuis la formation du nouveau gouvernement mardi dernier.

François Hollande a également souhaité une nouvelle fois l’engagement «le plus vite possible» du plan européen d’investissements de 300 milliards d’euros annoncé par le président de la nouvelle Commission européenne Jean-Claude Juncker. Il faudrait que ce plan soit mis en œuvre «dès la fin de l’année ou le début de l’année prochaine», a-t-il dit.