Emmanuel Macron
Emmanuel Macron — ALAIN JOCARD / AFP

PORTRAIT

Remaniement: Emmanuel Macron est le nouveau ministre de l'Economie

Il a seulement 36 ans...

Les rumeurs laissaient entendre que Michel Sapin raflerait tout. Qu’il conserverait le portefeuille des Finances et récupérerait celui de l’Economie, précédemment détenu par Montebourg. Il n’en est rien. Emmanuel Macron, bientôt 37 ans, est le nouveau ministre de l’Economie.

S’il entre ainsi pour la première fois dans un gouvernement, il connaît déjà bien l’Elysée. Pendant plus de deux ans, cet ex-banquier d’affaires a en effet été l’un des plus proches collaborateurs de François Hollande. En tant que secrétaire général adjoint de la présidence de la République, il a conseillé le président sur les questions économiques et financières.

Autrement dit, Macron a joué un rôle de premier plan dans la politique économique actuellement menée par François Hollande et par Manuel Valls, celle qui mêle coupes dans les dépenses publiques et relance de la compétitivité des entreprises. La rigueur, la réduction des déficits, pour cet ancien haut fonctionnaire du Trésor, est une nécessité. A l’opposé d’un Arnaud Montebourg, ce socio-libéral n’a eu de cesse de la défendre.

Il est jeune, riche et brillant

Macron avait quitté l’Elysée en juin dernier, avec une demi-douzaine d’autres personnes, à la demande de François Hollande, alors en quête d’un nouveau souffle. Mais les deux hommes n’ont jamais perdu le contact. Lors de son départ, Macron avait déclaré qu’il comptait s’accorder une «respiration» avant de reprendre une activité sans doute «entrepreneuriale» mais en se gardant de tout «conflit d’intérêts». Il ne souhaitait surtout pas rejoindre une banque.

Mais avant d’être débauché par l’Elysée, c’est bien dans une banque qu’il travaillait, l’établissement Rothschild, où il avait mené une négociation -le rachat par Nestlé par une filiale de Pfizer- qui lui avait permis de devenir millionnaire.

Ce trentenaire, dépeint comme brillant, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’Ena, a également en poche un DEA de philosophie. Proche du PS depuis une douzaine d’années, il avait notamment été en 2007 le rapporteur de la Commission pour la libération de la croissance française, plus connue sous le nom de «commission Attali». Il y avait notamment défendu la libéralisation des professions réglementées, un dossier sur lequel planchait Arnaud Montebourg ces derniers mois.

Marié, Macron a rencontré celle qui allait devenir son épouse à Amiens, sa ville de naissance, alors qu’il était encore lycéen. Agée de 20 ans de plus que lui, elle était son professeur de français.

>> Comment réagissez-vous à la nomination d’Emmanuel Macron à Bercy? Déposez vos commentaires ci-dessous ou via contribution@20Minutes.fr