Rentrée scolaire: Cinq conseils pour ne pas se ruiner

EDUCATION Avec un peu de méthode, le coût des fournitures scolaires peut être réduit...

Nicolas Beunaiche
— 
L'allocation de rentrée scolaire, qui aide à payer cartables et fournitures de plus de 5 millions d'enfants et adolescents, est versée à partir de mardi
L'allocation de rentrée scolaire, qui aide à payer cartables et fournitures de plus de 5 millions d'enfants et adolescents, est versée à partir de mardi — Frederick Florin AFP

Finies les vacances. Mardi, les enfants feront leur rentrées. Et les parents devront une nouvelle fois mettre la main au porte-monnaie pour finir de remplir le cartable de leurs enfants. Or, si le ministère de l’Education estime que le coût de la reprise s’est globalement stabilisé (-0,1% par rapport à 2013), l’association Familles de France prévoit, elle, une belle hausse (2,17%) du coût des fournitures scolaires pour un élève de sixième. Comment faire des économies? Tableau noir.

Bien évaluer les besoins de ses enfants

«Il faut prendre gare à ne pas surestimer ni sous-évaluer les besoins des enfants», avertit Thierry Vidor, directeur général de Familles de France. Oubliez donc les lots de 500 cartouches d’encre ou les rames de 1.000 feuilles A4. Et à l’inverse, veillez à ne pas être trop prudents car passé la rentrée, il vous coûtera bien plus cher de vous réapprovisionner en magasins. Dès fin septembre, précise Thierry Vidor, les rayons des magasins devraient se vider et les prix être multipliés par cinq. Réutiliser les fournitures de l’année dernière ou des grands frères et sœurs peut également vous faire économiser jusqu’à 50%, promet Familles de France.

Se fier à la liste du ministère

Lancée par Xavier Darcos, alors ministre de l’Education, la liste des fournitures scolaires officielle «comporte le matériel jugé suffisant pour suivre les enseignements dispensés et vise donc à modérer les achats de rentrée», selon la circulaire publiée par Benoît Hamon, le ministre actuel. Elle est accessible sur les sites Internet de l’Education nationale, académiques et des établissements. Elle ne mentionne évidemment aucune marque, aucun enseignant ne pouvant exiger de ses élèves un produit particulier. Aux parents de faire ensuite les bons choix en termes de rapport qualité-prix.

Privilégier les hypermarchés…

Les hypermarchés restent en tête de classe. Selon Familles de France, le coût moyen de l’équipement pour un enfant entrant en sixième y est de 174,79 euros (+2,5%), contre 199,51 euros dans les supermarchés (+0,9%) et 206,34 euros dans les magasins spécialisés (+3,5%). Dans les grandes surfaces, les distributeurs se livrent en effet une guerre des prix qui joue en faveur de la clientèle. Chez Carrefour France, par exemple, le rayon papeterie et écriture affiche une baisse de 3,5% de ses prix, quand Intermarché propose de son côté davantage d’opérations promotionnelles cette année, en remboursant certains produits ou en proposant des bons d’achat sur certains produits plus chers.

…et Internet

Dans Le Monde de mercredi [article payant], Guillaume Nusse, le PDG de Clairefontaine, assurait que «les grandes enseignes seront toujours moins chères que les pure players». Il n’empêche, avec un peu de méthode, les sites Internet peuvent être une solution intéressante pour faire des économies. Selon Thierry Vidor, il est ainsi possible d’alléger sa facture de 5 à 20%. Première option: se connecter à un site comme Scoléo, qui permet de mutualiser les achats de fournitures établissement par établissement, classe par classe. Seconde option, un peu fastidieuse: comparer les prix des très nombreux sites pour dénicher le meilleur prix. Attention tout de même: «Internet présente aussi des bémols, prévient Thierry Vidor: la recherche est longue, on ne voit pas bien l’article, il est nécessaire de commander beaucoup pour alléger le poids des frais de port, et les délais peuvent être incompatibles avec la reprise des cours.»

Ne pas faire ses courses avec ses enfants

Si vous voulez vous retrouver avec la dernière trousse Hello Kitty, un classeur PSG et un ticket de caisse à rallonge, le meilleur moyen est d’emmener vos enfants faire les courses avec vous. Et pour cause: ils sont «prescripteurs» et poussent à l’achat d’articles griffés, assure Thierry Vidor. Les marques le savent bien et rivalisent encore cette année de nouveautés, listées par l’association: crayons de couleur que l’on n’a plus besoin de tailler, roller à encre effaçable grâce à l’extrémité de son capuchon, compas qui se bloque seul sans manipulation… Pour ne pas céder, vous savez ce qu’il vous reste à faire.