Le prix des fruits et légumes a nettement reculé cet été

CONSOMMATION Selon une étude de Familles Rurales...

20 Minutes avec AFP

— 

Etal de fruits et légumes
Etal de fruits et légumes — Philippe Huguen AFP

Le prix moyen des fruits a reculé cet été de 12% et celui des légumes de 3% par rapport à 2013, grâce à une météo favorable au moment du pic de production, selon une étude de Familles Rurales parue jeudi dans La Croix, qui note une plus grande présence des produits français en grande distribution.

Après deux années de hausse, et surtout une année 2013 marquée par des prix record après un printemps exécrable, le prix des fruits revient à son niveau de 2012, selon deux relevés effectués pendant l'été sur un panel de huit fruits et huit légumes. A l'exception du poivron (+3%), tous les fruits et légumes ont vu leur prix baisser cet été. Pour un tiers du panel, cette baisse tourne autour de 20% (pomme, melon, pêche, courgette, salade et poire).

Le prix moyen du kilo de fruits descend ainsi à 3,34 euros contre 3,78 euros en 2013, constate l'association de défense des consommateurs. «C'est un retour à la normale, avec un printemps précoce et un début d'été favorable, ce qui pousse à une grande production, et par contre un été capricieux qui a ralenti la consommation», favorisant la baisse des prix, a expliqué Dominique Marmier, président de Familles Rurales.

Une plus grande offre des fruits et légumes d'origine France

Pour les légumes, la baisse est toutefois «limitée» et les prix restent proches des maximums enregistrés, avec un prix moyen du kilo à 2,15 euros (2,21 euros en 2013). Familles Rurales constate «une plus grande offre des fruits et légumes d'origine France», notamment dans la grande distribution. Ainsi en juillet, plus des trois quart des prix relevés dans les super et hypermarchés provenaient de fruits et légumes français. Sur les marchés, c'est le cas pour huit produits sur 10.

Mais sur les 16 produits de l'échantillon, neuf sont moins chers lorsqu'ils viennent de l'étranger, même si la différence reste minime: inférieure ou égale à sept centimes dans deux tiers des cas.

«Les produits français sont plus performants au niveau du prix», ce qui incite le consommateur à les choisir, constate Marmier, qui se dit toutefois «surpris» par le resserrement des prix entre la France et l'étranger, étant donné la différence de coûts de production, par exemple avec les pêches espagnoles. «On retombe dans l'opacité des prix des grandes surfaces françaises», souligne-t-il.

Différence de prix

Les magasins hard-discount restent les endroits les moins chers pour acheter fruits et légumes, même si les prix y ont augmenté par rapport à 2013, au contraire des hyper/supermarchés et des marchés. Un panier composé d'un kilo de chacun des huit fruits et huit légumes du panel coûte 44,29 euros en hard-discount; 45,56 euros en hyper/supermarchés et 52,48 euros sur un marché.

En bio, les prix baissent également: -14% en moyenne pour les fruits et -11% pour les légumes. Les prix restent beaucoup plus élevés en bio qu'en conventionnel (+66% pour les fruits, +58% pour les légumes), mais l'écart se resserre par rapport à 2013. «L'offre est de plus en plus importante (...) que ce soit dans les supermarchés, hypermarchés, hard discount, ce qui contribue à baisser le prix», analyse Marmier.

Pour cette étude, 69 consommateurs ont relevé les prix dans 37 départements du 9 au 15 juin puis du 7 au 13 juillet.