La rivalité Europe-Etats-Unis pour animer le Salon du Bourget

© 20 minutes

— 

Les professionnels de l’aéronautique n’auront pas trop d’une semaine pour tenter de préparer une sortie de crise. A partir de demain, 1 700 exposants venus de 38 pays vont se retrouver au Salon du Bourget. Dans une ambiance qui s’annonce morose. Depuis la précédente édition, en 2001, le secteur affronte des turbulences : retournement de la conjoncture, terrorisme, épidémie de pneumopathie atypique, guerre en Irak. Peu d’investissements à attendre, donc, de ce Salon. Les Etats-Unis n’y seront représentés que par 183 exposants, presque deux fois moins qu’en 2001. Diplomates, les organisateurs se refusent à y voir un effet de la crise entre Paris et Washington. C’est justement la rivalité entre l’Europe et les Etats-Unis qui devrait animer les débats. D’un côté, Airbus et le futur A 380, un géant capable de transporter 555 passagers sur 8 000 miles (14 800 km). De l’autre, Boeing avec son bimoteur de 200 à 250 places, au rayon d’action légèrement inférieur, provisoirement baptisé 7E7. L’américain annoncera, dimanche, le nom définitif de l’appareil : ce sera « Dreamliner » ou « Global cruiser ». L’européen, lui, affiche sa confiance : il compte déjà 103 engagements d’achat, dont 95 commandes fermes.