T-Mobile aurait refusé l'offre de Niel pour Free

TELECOMS La maison mère de l'opérateur français,Free, Iliad, propose 15 milliards de dollars pour 56,6% de l'opérateur américain...

Philippe Berry

— 

La guerre des prix sur la téléphonie mobile 4G qui a animé le marché des télécoms depuis dix jours pourrait maintenant s'étendre aux offres fixes des opérateurs, jusqu'ici relativement épargnées, faisant craindre une mise en danger de l'investissement et de l'emploi dans le secteur. 
La guerre des prix sur la téléphonie mobile 4G qui a animé le marché des télécoms depuis dix jours pourrait maintenant s'étendre aux offres fixes des opérateurs, jusqu'ici relativement épargnées, faisant craindre une mise en danger de l'investissement et de l'emploi dans le secteur.  — Lionel Bonaventure AFP

Free face à son plus grand défi: les Etats-Unis. Jeudi, sa maison mère, Iliad, a confirmé avoir fait une offre à l'opérateur américain T-Mobile. Iliad propose 15 milliards de dollars en numéraire pour 56,6% de T-Mobile US, à 33 dollars par action, ce qui lui permettrait d'en prendre le contrôle. Un coup de poker tardif, alors que T-Mobile est en pourparlers, depuis plusieurs mois, pour fusionner avec l'américain Sprint.

«L'offre en numéraire serait financée par une combinaison de dette et de fonds propres. Iliad s'est assuré du soutien de banques internationales de premier plan pour la dette d'acquisition. Le financement en fonds propres serait d'environ 2 milliards d'euros et Xavier Niel participerait à l'augmentation de capital», écrit l'entreprise dans un communiqué.

Refus de T-Mobile?

A l'heure actuelle, T-Mobile US est valorisé à 25 milliards de dollars, contre seulement 16 milliards de dollars pour Iliad (12 milliards d'euros). T-Mobile a confirmé avoir reçu l'offre de l'entreprise française. Mais selon une source du New York Times, l'opérateur l'aurait rejetée dans sa forme actuelle.

Alors que le dialogue est sans doute loin d'être terminé, la secrétaire d'Etat au commerce extérieur, Fleur Pellerin, a félicité l'esprit d'initiative de Xavier Niel.

Le 4e opérateur américain

Dans un marché américain très concentré, T-Mobile est actuellement le 4e opérateur. Verizon et AT&T sont loin devant, avec près de 120 millions d'abonnés. Derrière, Sprint et T-Mobile sont au coude-à-coude, avec un peu plus de 50 millions d'abonnés chacun.

A l'heure actuelle, Sprint appartient au japonais Softbank et T-Mobile US est une filiale de Deutsche Telekom. Selon le quotidien Nikkei, les deux groupes ont conclu un accord de principe mi-juillet pour fusionner leur filiale américaine. Mais le patron de T-Mobile, John Legere, déclarait récemment qu'il existait «d'autres options».

Avec Xavier Niel, qui, comme lui, casse les prix des abonnements et cherche à libérer les abonnés de leur contrat de deux ans, il pourrait bien avoir trouvé un allié sur la même longueur d'ondes. Et un tel montage aurait, selon les experts, davantage de chances de convaincre les autorités américaines de la concurrence, inquiètes du manque de compétition.