Electricité: Gel des tarifs confirmé au 1er août, impact de 500 millions d’euros pour EDF

CONSOMMATION Ce gel a été décidé par le gouvernement…

20 Minutes avec AFP
— 
Une factuer EDF
Une factuer EDF — Jeff Pachoud AFP

Un arrêté du gouvernement annulant la hausse de 5% des tarifs réglementés de vente de l'électricité au 1er août est paru jeudi au Journal officiel, une mesure qui devrait coûter 500 millions d'euros à EDF, selon l'électricien.

«Par définition, les évolutions tarifaires ont un impact sur les résultats économiques du groupe», a déclaré le PDG d'EDF, Henri Proglio, en présentant à la presse les résultats de son entreprise, en hausse au premier semestre.

«Cela a un impact, évidemment, sur l'exercice» 2014, a-t-il poursuivi. «Si on avait eu 5% d'augmentation (...), alors ça aurait été 500 millions sur les six mois» du second semestre. «C'est l'effet sur six mois de 5% d'augmentation», a-t-il précisé.

Chute spectaculaire du cours d'EDF en Bourse

Une source proche du dossier avait indiqué à cette occasion à l'AFP qu'un effacement pur et simple de la hausse des tarifs réglementés affecterait les comptes de l'entreprise cotée, détenue à 84,49% par l'Etat, à hauteur de 500 millions d'euros.

La ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène Royal, avait annoncé en juin son intention de suspendre la hausse de 5% des tarifs de l'électricité prévue au 1er août, après une hausse similaire appliquée l'année précédente, au motif qu'une réforme de leur mode de calcul est en cours afin d'en limiter l'inflation et préserver le pouvoir d'achat des consommateurs.

Cette annonce avait provoqué une chute spectaculaire du cours d'EDF en Bourse, avant que Matignon ne tente d'éteindre l'incendie en indiquant qu'une hausse inférieure à 5% interviendrait cet automne.

Prix fixés annuellement par le gouvernement

Selon Henri Proglio, cette évolution tarifaire devrait être «relativement conforme à la trajectoire normale».

«Je ne pense pas qu'il y ait de grands bouleversements à attendre des évolutions tarifaires futures dans le moyen terme», a-t-il ajouté, évoquant toutefois la possibilité de «soubresauts à court terme».

Ces tarifs, appliqués par EDF à 92% des foyers français, sont fixés annuellement par le gouvernement après avis de la Commission de régulation de l'énergie. Ils existent à côté des prix de marché proposés aussi par l'opérateur historique et les fournisseurs alternatifs.

Un autre arrêté du gouvernement est paru au Journal officiel, prévoyant une facture de rattrapage après la décision du Conseil d'Etat d'annuler le plafonnement des tarifs par le gouvernement sur la période du 23 juillet 2012 au 31 juillet 2013.