La Coupe du Monde n'a pas été rentable pour TF1

MEDIA Les droits du Mondial ont coûté 130 millions d’euros dont 75 millions pour la diffusion des matchs...

20 Minutes avec AFP

— 

Le siège de TF1 à Boulogne-Billancourt, au bord de la Seine, en 2000
Le siège de TF1 à Boulogne-Billancourt, au bord de la Seine, en 2000 — Jean-Pierre Muller AFP

La Coupe du Monde a pesé sur la rentabilité de TF1 au deuxième trimestre, le groupe ayant enregistré une baisse de ses recettes publicitaires malgré les fortes audiences des matches, selon ses résultats publiés mardi.

Le premier groupe de télévision français, qui ne donne pas d'objectifs financiers pour l'année en raison de la faible visibilité sur le marché publicitaire, a vu son titre chuter de 4,50% à 11,45 euros à la clôture de la Bourse de Paris, dans un marché recul de 1,82%.

La Coupe du Monde ne devait pas être rentable

Les investisseurs sanctionnent une baisse de la publicité «en dépit de la diffusion de la Coupe du Monde», souligne un courtier parisien souhaitant garder l'anonymat. L'impact du Mondial se fait aussi sentir sur le résultat opérationnel courant, en chute de 43% à 24,2 millions d'euros sur le semestre et de 79% sur le seul deuxième trimestre.

Le groupe n'a pas dévoilé le montant de ses pertes exactes liées au Mondial de football, un évènement qui ne devait pas être rentable avait prévenu TF1, mais elles devraient ressortir à plus de 30 millions d'euros.

Le groupe a en effet déboursé 130 millions d'euros pour s'offrir le Mondial, dont il a précisé avoir récupéré 30 millions grâce à la revente à BeIn Sports d'une partie des droits. Les recettes publicitaires brutes tirées de la compétition se montent à 70 millions d'euros, mais devraient ressortir bien inférieures après négociations et remises aux annonceurs.

La vente d'Eurosport donne de l'air

La Coupe du Monde «est une opération certes coûteuse mais très positive», a souligné Nonce Paolini en expliquant que TF1 avait grâce au football renforcé son leadership et son image fédératrice.

TF1 affiche cependant un bénéfice net multiplié par six à 308,6 millions d'euros sur le trimestre grâce à la cession du contrôle d'Eurosport à Discovery, qui représente une plus-value de 293,8 millions d'euros au 30 mai.