BUREAU D'ETUDES 5/5 – Comment les soucis familiaux vous pourrissent (aussi) la vie au boulot

VIE DE BUREAU «20 Minutes» a sélectionné cinq nouvelles études universitaires qui éclairent notre quotidien au travail. Aujourd’hui: pourquoi les problèmes de familles nuisent aussi aux relations avec les collègues…

Claire Planchard

— 

Un homme stressé au travail.
Un homme stressé au travail. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

C’est ce qu’on appelle un cercle vicieux. Au travail, devoir passer des coups de fil entre deux réunions pour décrocher un rendez-vous chez le pédiatre pour le petit dernier ou devoir ravaler ses larmes après une dispute avec son partenaire ne favorise pas vraiment la sérénité.

Stress et conflit

Pire, selon une étude publiée le 30 juin dans le British Psychological Society’s Journal of Occupational and Organizational Psychology, être préoccupé par des problèmes familiaux au travail a des conséquences négatives sur ses relations avec les collègues… ce qui ne fait que tendre un peu plus l’ambiance le soir une fois de retour à la maison!

«Des études antérieures ont montré que les exigences psychologiques et physiques du travail, l’ambiguïté des rôles, les horaires de travail et l’insécurité professionnelle pouvaient provoquer des conflits entre des collègues de travail», explique dans un communiqué le Dr Ana Sanz-Vergel qui a mené l’étude avec ses collègues de la Norwich Business School de l’université d’East Anglia (Grande-Bretagne) et des confrères de l’université Complutense de Madrid (Espagne).

Réactions négatives

Cette fois-ci les chercheurs ont voulu savoir dans quelle mesure des conflits familiaux affectaient la concentration ou provoquaient disputes et impolitesse au travail, mais aussi à la maison. Pour ce faire, les scientifiques ont étudié environ 80 couples d’un âge moyen de 42 ans, travaillant dans 25 organisations différentes. Leurs conflits interpersonnels au travail et les conflits famille-travail quotidiens étaient mesurés chaque jour à la sortie du travail, et les conflits interpersonnels au domicile, le soir avant de se coucher.

Verdict: quand ça va mal à la maison, il y a de grandes chances que ça tourne au vinaigre aussi au travail. «La difficulté à se concentrer sur le travail quand on est distrait par des problèmes familiaux rendait les employés irritables. Cela les conduisait à réagir négativement avec leurs collègues au lieu d’utiliser des stratégies plus adaptées, comme celles consistant à chercher le soutien social ou être plus assuré. Cette négativité est transférée au domicile sous la forme d’un conflit accru avec les partenaires», explique Dr Sanz Vergel. La double peine, en quelque sorte.