TF1: bénéfice net multiplié par 6 au 2e trimestre

© 2014 AFP

— 

Le groupe TF1 a dégagé au deuxième trimestre un bénéfice net multiplié par six à 308,6 millions d'euros grâce à la cession du contrôle d'Eurosport et malgré une baisse des recettes publicitaires
Le groupe TF1 a dégagé au deuxième trimestre un bénéfice net multiplié par six à 308,6 millions d'euros grâce à la cession du contrôle d'Eurosport et malgré une baisse des recettes publicitaires — Lionel Bonaventure AFP

Le groupe TF1 a dégagé au deuxième trimestre un bénéfice net multiplié par six à 308,6 millions d'euros grâce à la cession du contrôle d'Eurosport et malgré une baisse des recettes publicitaires.

Le premier groupe de télévision français, qui ne donne pas de perspective pour l'année, a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 5,2% au deuxième trimestre à 556 millions d'euros, précise-t-il dans un communiqué.

Sur le semestre, le chiffre d'affaires s'affiche en hausse de 0,6% à 1,019 milliard d'euros, grâce notamment à la revente des droits de la Coupe du Monde pour 30 millions d'euros à BeIN Sports, tandis que les recettes publicitaires sont en recul de 1,6%.

«Sur les antennes gratuites de TF1, la publicité est en baisse de 1% dans un environnement qui reste concurrentiel et tendu», a indiqué Philippe Denery, directeur général adjoint pour les Finances, au cours d'une conférence téléphonique.

L'impact du Mondial, qui représente des pertes d'au moins 30 millions d'euros pour le groupe, se fait aussi sentir sur le résultat opérationnel courant, en chute de 43% sur le semestre à 24,2 millions d'euros.

Le résultat net du groupe profite lui de la cession de la part de 31% d'Eurosport International à Discovery, qui a donné au groupe américain le contrôle de la filiale de télévision sportive et représente une plus-value de 293,8 millions d'euros au 30 mai.

Le groupe a renforcé après cette opération sa trésorerie qui s'établit à 425,1 millions d'euros, contre 188,9 millions au 31 décembre.

Le groupe n'a pas donné de perspectives sur l'année, mais souligne dans son communiqué que «la visibilité sur les investissements publicitaires à venir reste très limitée».