Résultats encourageants pour PSA au premier semestre 2014

AUTOMOBILE Peugeot, Citroën et la petite dernière DS ont vu leurs ventes progresser de 5,5% dans le monde...

20 Minutes avec AFP

— 

Un ouvrier chinois sur la chaîne d'assemblage de l'usine automobile Dongfeng Peugeot Citroën à Wuhan, dans la province centrale chinoise de Hubei, le 11 avril 2012
Un ouvrier chinois sur la chaîne d'assemblage de l'usine automobile Dongfeng Peugeot Citroën à Wuhan, dans la province centrale chinoise de Hubei, le 11 avril 2012 — Goh Chai Hin AFP

PSA Peugeot Citroën a profité d'une accélération de la croissance commerciale en Chine mais aussi en Europe pour enregistrer une hausse de 5,5% de ses ventes mondiales au premier semestre, marquée aussi par le succès de ses derniers lancements.

Au total, 1.541.000 unités ont été vendues dans le monde, dont 585.000 unités à l'international, tirées par la Chine, où les ventes ont augmenté de 27,7%, soit plus de deux fois mieux que la croissance du marché. Un dynamisme attribué aux résultats de ses deux co-entreprises, Dongfeng Peugeot Citroën Automobile (DPCA) et Changan PSA Automobile (CAPSA).

Depuis mars 2014, la Chine est ainsi devenu le 1er marché de PSA Peugeot Citroën dans le monde. Le groupe automobile français veut y accélérer son réseau de points de ventes. Sur le marché chinois, la seule marque Peugeot se distingue particulièrement avec une hausse de 32,4% de ses ventes soit une croissance équivalente à trois fois celle du marché.

Des résultats «encourageants» en Europe

Chez Citroën, «une vente sur quatre dans le monde» est réalisée en Chine, a déclaré au cours d'une conférence de presse Linda Jackson, directrice générale de la marque qui a enregistré un rebond de 7% de ses ventes mondiales sur le semestre. Présente depuis deux ans en Chine, la plus jeune marque de l'industrie automobile, DS, y réalise 16% de ses volumes mondiaux, soit 10.400 ventes au premier semestre. Elle va procéder à son troisième lancement fin septembre, avec la DS 6 Wild and Refined.

En Europe, la part de marché du groupe s'établit à 12,1%, avec des ventes de 956.000 véhicules, en progression de 11,7% par rapport au 1er semestre 2013. Les marchés français, espagnol et britannique ont été particulièrement porteurs dans un contexte de marché européen «toujours instable» tandis que «le repositionnement des marques» a montré «des résultats encourageants».

Le groupe, qui avait vu baisser ses ventes mondiales de 10% au premier semestre 2013, explique aussi cette reprise de la dynamique commerciale par ses derniers lancements, les Peugeot 308, 2008, 301 et des Citroën C4 Picasso et C-Elysée ainsi que par le «très bon démarrage pour Peugeot 108, nouvelle Citroën C1 et Citroën C4 CACTUS».

Résultats décevants en Russie

En revanche, les points noirs concernent l'Amérique latine, où le groupe veut donner «la priorité au redressement et à la rentabilité des opérations». Sur un marché en recul de 9,2%, les ventes régressent de 26,8% dans cette zone géographique. En Argentine, les ventes sont en baisse de 33,8% frappées par la dévaluation du peso, une nouvelle taxe sur les modèles de luxe et de fortes restrictions sur les véhicules d'importation. Au Brésil, où les ventes ont diminué de 22,1%, il s'agit de «resserrer nos gammes», selon Maxime Picat, directeur général de la marque Peugeot.

«L'environnement extérieur est toujours instable en particulier en Europe, en Amérique latine et Russie», où les ventes ressortent en baisse de 25,8%, observe Carlos Tavares, président du directoire du groupe, cité dans le communiqué. Le groupe a également été affecté par la chute du marché ukrainien.

Ailleurs, après plusieurs années de croissance, les marchés algérien et turc notamment connaissent un fort repli. En Iran, le groupe poursuit ses discussions pour envisager de reprendre «quand les conditions le permettront» ses activités cessées depuis février 2012 à la suite du renforcement des sanctions internationales.

Au deuxième semestre, PSA Peugeot Citroën, qui affirme avoir réduit ses stocks, à un niveau «plus bas qu'attendu initialement» fin juin, veut poursuivre la différenciation de ses trois marques (Peugeot, Citroën et DS) et «assurer une meilleure couverture de marché».