Tabac: Lorillard et Reynolds confirment négocier leur union

© 2014 AFP

— 

"Il n'y a pas d'accord et par conséquent pas de certitude que cela débouche sur une transaction"
"Il n'y a pas d'accord et par conséquent pas de certitude que cela débouche sur une transaction" — Alexander Utkin AFP

Les s américains de tabac Lorillard (Newport, Kent, notamment) et Reynolds (Camel, Pall Mall aux États-Unis entre autres) ont confirmé vendredi discuter en vue d'un rachat du premier par le second.

L'opération pourrait nécessiter une augmentation de capital de Reynolds, a précisé ce dernier dans un communiqué.

«Il n'y a pas d'accord et par conséquent pas de certitude que cela débouche sur une transaction», affirme Lorillard dans un communiqué distinct, confirmant des informations de presse sur cet éventuel mariage.

British American Tobacco, premier actionnaire de Reynolds, «participe à ces négociations», a précisé Reynolds.

Si les négociations aboutissent, British American Tobacco, principal actionnaire de ce dernier, «s'attend à soutenir la transaction en souscrivant de nouvelles actions Reynolds, qui devraient maintenir sa participation à 42%», selon le communiqué de Reynolds.

Quelques heures plus tôt, le britannique Imperial Tobacco avait révélé être en discussion avec les deux groupes américains pour acheter certains de leurs actifs en vue d'obtenir le blanc seing des autorités de la concurrence.

Imperial, qui détient les marques Davidoff, Gauloises Blondes, West et JPS, serait prêt à mettre jusqu'à 7 milliards de dollars sur la table, selon l'agence d'informations financières Bloomberg.

Un rachat de Lorillard par Reynolds donnerait naissance à un groupe pesant environ 15 milliards de dollars de chiffre d'affaires (hors éventuelles cessions).