Le taux du livret A dans le collimateur de la Banque de France

EPARGNE Le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer a de nouveau plaidé ce mercredi pour une baisse début août du taux du livret réglementé actuellement fixé à 1,25%…

C.P. avec AFP

— 

Illustration du livret A.
Illustration du livret A. — PFG/SIPA

Le taux du livret A va-t-il passer sous la barre symbolique de 1%? La décision officielle n’interviendra que le 1er août, mais c’est bel et bien ce que souhaite la Banque de France.

«Besoin de reprise économique»

«Il faut que les taux des dépôts de l’épargne reflètent cette évolution à la baisse», a affirmé son gouverneur ce mercredi lors d’une conférence de presse.

Christian Noyer, par ailleurs membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), a expliqué qu’un tel repli serait logique, au regard des décisions prises récemment par la BCE, notamment l’abaissement de son principal taux directeur à 0,15%.

«Je ne peux pas, d’un côté, participer à des décisions à Francfort de baisse des taux pour favoriser la reprise de l’activité économique dans l’ensemble de la zone euro et considérer que la France n’a pas besoin de reprise économique et peut s’abstenir de transmettre cette politique», a-t-il ajouté.

En outre, Christian Noyer a fait valoir qu’un repli du taux aurait un effet bénéfique sur le secteur de la construction puisque l’argent alors prêté par la Caisse des dépôts, qui centralise l’essentiel de la collecte, coûterait moins cher aux offices HLM pour édifier des logements sociaux par exemple.

Le 11 juin Christian Noyer avait déjà estimé que le taux du livret A «devrait baisser un peu». Ses nouvelles déclarations interviennent à la veille de la publication ce jeudi des chiffres de l’inflation (hors tabac) pour le mois de juin. Un chiffre qui sert de base deux fois par an à l’ajustement du taux de rémunération du livret A.

Arbitrage gouvernemental

Lorsque l’inflation sera connue, le gouverneur de la Banque de France aura à se prononcer mi-juillet sur le futur taux. S’il choisit de suivre la formule officielle de calcul (taux d’inflation majoré de 0,25 point pour préserver le pouvoir d’achat des Français), sa décision s’appliquera. Si l’évolution des prix à la consommation suit la tendance observée au cours des derniers mois, la rémunération du Livret A devrait alors baisser à 0,75% ou 1%.

Si Christian Noyer souhaite, en revanche, y déroger, la décision finale reviendra au gouvernement. En janvier, alors qu’elle donnait mécaniquement un taux de 0,75%, le gouverneur de la Banque de France avait proposé d’établir la rémunération du Livret A à 1%. Finalement, le gouvernement avait tranché en faveur de son maintien à 1,25%.

Cette fois-ci, Bercy pourrait lâcher un peu de lest. Le 26 mai, le nouveau Premier ministre Manuel Valls n’avait pas exclu une éventuelle baisse du taux de rémunération du Livret A, de 1,25% à 1%. «Nous verrons, je ne commente pas les informations, les rumeurs. […] Nous avons encore quelques jours pour prendre un certain nombre de décisions», avait-il déclaré.

Réagissant sur RMC-BFMTV le 12 juin aux premières déclarations de Christian Noyer, le ministre des Finances Michel Sapin avait été plus précis: «L’inflation est très faible en France. On ne peut pas faire comme si ça n’existait pas». Mais «je tiens à conserver le pouvoir d’achat des plus modestes des Français, et le Livret A, c’est l’épargne des plus modestes des Français», avait-il indiqué.