La Bourse de Paris termine en baisse

© 2014 AFP

— 

Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris
Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris — Eric Piermont AFP

La Bourse de Paris a terminé en nette baisse lundi (-1,41%), pénalisée par le recul de Wall Street, dans un marché qui a manqué de conviction faute de nouvelle majeure en séance.

L'indice CAC 40 a perdu 63,22 points à 4.405,76 points, tombant au plus bas depuis mi-avril, dans un volume d'échanges de 2,4 milliards d'euros. Vendredi, il avait lâché 0,47%.

Le marché parisien a hésité lors de la première partie de la séance, puis a piqué du nez dans l'après-midi, avant la réouverture en baisse de Wall Street après un week-end de trois jours.

«Le marché manque de carburant et navigue un peu à vue. Il est d'ailleurs un peu hésitant depuis plusieurs semaines», remarque Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

«Les banques centrales sont un soutien pour le marché mais il n'y a pas suffisament d'éléments positifs pour continuer à progresser», ajoute-t-il, ce qui peut déclencher des prises de bénéfices.

Le fait que Wall Streeet ait rouvert ses portes en baisse a également alimenté la prudence, tout comme l'ouverture prévue mardi soir de la saison des résultats d'entreprises pour le deuxième trimestre aux Etats-Unis.

Au travers de ces résultats, les investisseurs essaieront d'y voir plus clair sur la vigueur de la reprise aux Etats-Unis, en guettant particulièrement le discours des chefs d'entreprise.

Enfin, «les mauvais chiffres allemands de ce matin ont pesé à l'ouverture» des places européennes, remarque M. Tuéni. La production industrielle en Allemagne a diminué de 1,8% en mai par rapport à avril.

Parmi les valeurs, les plus dépendantes de la conjoncture ont tiré le marché vers le bas, à l'image de Saint-Gobain (-3,01% à 40,78 euros), Vinci (-2,02% à 53,00 euros), Schneider Electric (-2,12% à 67,84 euros) et ArcelorMittal (-2,26% à 11,02 euros) qui a placé d'une émission obligataire à six ans de 600 millions d'euros.

Lafarge a perdu 0,77% à 64,68 euros après l'annonce avec Holcim d'un plan de cessions d'actifs, notamment en Europe, qui devrait leur permettre d'obtenir le feu vert des autorités de la concurrence pour créer le géant mondial du béton.

Renault a engrangé 0,1% à 70,64 euros, conservant la première place de l'indice. Ses ventes mondiales ont progressé de 4,7% au premier semestre, à 1,37 million de véhicules, grâce à sa bonne performance en Europe et au succès de sa marque à bas coûts Dacia.

Vallourec (+2,57% à 34,72 euros) a profité d'un relèvement de recommandation par Bank of America-Merrill Lynch.

Club Méditerranée s'est replié (-0,14% à 21,50 euros). La Caisse des dépôts, bras financier de l’État, a démenti étudier un projet de participation à une offre sur le Club Méditerranée, comme l'affirmait le Journal du dimanche.

Euronext (CAC 40)