Les prix des carburants refluent en France sur fond de stabilisation en Irak

ENERGIE Les craintes pour la production de pétrole en Irak semblent s’apaisées, selon des relevés officiels publiés ce lundi par le ministère de l'Ecologie et de l'Energie...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration pompe à essence.
Illustration pompe à essence. — GILLES VARELA/20 MINUTES

Les prix à la pompe sont légèrement repartis à la baisse la semaine dernière. C’est ce qu’a indiqué ce lundi le ministère de l'Ecologie et de l'Energie.

Le gazole en baisse de 0,82 centime/litre

Le gazole, carburant privilégié des Français avec plus de 80% des ventes, valait en moyenne 1,3173 euro le litre, soit 0,82 centime de moins que la semaine précédente, d'après les derniers relevés hebdomadaires.

Le litre d'essence sans plomb 95, deuxième carburant le plus vendu dans l'Hexagone, a lui reculé de 0,52 centime et atteint 1,5437, contre 1,5489 lors de la semaine achevée le 27 juin, son plus haut niveau depuis la mi-juillet 2013.

L'essence sans plomb 98 s'affichait elle à 1,6036 euro, contre 1,6064 euro le 27 juin. Il s'agissait également d'un sommet depuis la mi-juillet 2013.

Prudence des investisseurs

Les cours du brut avaient nettement grimpé juste après le début de l'offensive fulgurante d'insurgés sunnites en Irak, deuxième producteur derrière l'Arabie Saoudite, le 9 juin, entraînant dans leur sillage les prix à la pompe. Mais les combats ne se sont depuis pas étendus au sud du pays, où sont situées la majorité des infrastructures pétrolières, et les exportations se poursuivent à un rythme régulier.

Alors que la situation s'enlise, tant sur le plan politique que militaire, les investisseurs restent toutefois prudents, prêts à faire remonter les cours à la moindre attaque sur un site de production.