A Älmhult, Ikea cultive ses racines suédoises

REPORTAGE Alors que le géant mondial de l’ameublement compte plus de 345 magasins dans 42 pays, c’est dans son berceau historique au cœur du Smaland qu’il pilote toujours ses activités et entretient sa légende…

Claire Planchard

— 

Le premier magasin ouvert en Suède à Älmhult en 1958. Fermé en 2012, il sera transformé en musée à l'automne 2015.
Le premier magasin ouvert en Suède à Älmhult en 1958. Fermé en 2012, il sera transformé en musée à l'automne 2015. — Claire Planchard / 20 Minutes

De notre envoyée spéciale à Älmhult, en Suède

«Bienvenue à Ikea à Älmhult. Le foyer et le cœur d’Ikea». A la descente du train, un panneau d’information averti le visiteur (photo ci-dessous): cette charmante petite bourgade de 16.000 habitants nichée en bordure d’une forêt, n’est pas une ville suédoise comme une autre. Cinq minutes de marche suffisent à s’en rendre compte: outre le gigantesque magasin jaune et bleu qui trône en bordure de la ville, le logo Ikea est visible à tous les coins de rue et les rares passants parlent autant suédois qu’anglais ou chinois. Et pour cause: à Älmhult, pas moins de douze sociétés du groupe Ikea, représentant l’ensemble de sa chaîne de valeur, sont représentées et emploient 4.000 collaborateurs de 50 nationalités différentes! Quelques centaines de mètres seulement séparent ainsi Ikea of Sweden qui conçoit les produits, une usine d’Ikea Industry produisant des éléments de cuisine le studio photo d’Ikea Communication qui réalise le catalogue… ou encore un hôtel-restaurant Ikea et un «centre culturel» dédié à l’histoire du groupe.

Musée

Il suffit d’ailleurs de franchir le seuil de ce petit musée réservé aux collaborateurs d’Ikea mais ouvert au public en été (photo ci-dessous) pour comprendre pourquoi la multinationale reste si attachée à cette petite ville. «L’acronyme Ikea correspond aux initiales de son fondateur Ingvar Kamprad, qui a déposé le nom de la société en 1943 à l’âge de 17 ans et de Emtaryd et Agunaryd, le nom de la ferme et du village où il a grandi», rappelle Juni Wannberg, coordinatrice de l’information chez Ikea, qui joue ce jour-là les gardiennes du temple. Ardeur à la tâche, humilité, culture de l’entraide et de l’économie des habitants sur ce bout de terre caillouteuse du Smaland: les mythes fondateurs de «l’esprit Ikea» et le succès fulgurant de son fondateur y sont habilement mis en scène, documents d’archives et décor d’époque à l’appui. «Quand les visiteurs voient cette exposition, c’est à leur vie qu’ils pensent», explique Juni Wannberg. Un lien unique avec les clients que Ikea entend bien renforcer avec l’inauguration à l’automne 2015 d’un nouveau musée de l’autre côté de la rue, dans le premier magasin Ikea inauguré en 1958.

Mais Älmhult se veut aussi est avant tout l’incarnation du «concept Ikea» pour ses collaborateurs, dont 2.000 vivent sur place: dans cette entreprise où la recherche de la qualité à bas coûts est une obsession («chez Ikea le gaspillage est un pêché capital», écrivait Ingvar Kamprad en 1976) et la recherche de l’amélioration permanente, la concentration des activités est un gage d’efficience. «Quand on conçoit un nouveau produit, on travaille directement avec les équipes de développeurs de produits, ingénieurs et techniciens d’emballage présent sur place. L’atelier pour produire le prototype est à 20 mètres!», raconte Henrik Preutz, un des douze designers suédois d’Ikea of Sweden. «Quand j’ai conçu mon jouet pour enfant Rusig, on l’a fait tester dans le jardin d’enfant d’Älmhult!», se souvient-il, expliquant que sa propre maison est «à 800 mètres un peu plus à gauche».

>> EN IMAGES: En Suède, dans les coulisses du catalogue IKEA

«Le meilleur endroit pour travailler au monde»

Si Ikea vend et produit dans le monde entier, possède depuis quelques années une centre développement de produit à Shanghai, le «cœur» du «design démocratique» suédois lui bat bel est bien à Älmhult. Sur les murs des locaux, dans la désormais célèbre police de caractère noir et blanc «Ikea», ses préceptes sont d’ailleurs omniprésents: «Nous produisons de beaux produits de qualité accessibles au plus grand nombre» ou «l’essentiel reste à faire: merveilleux avenir», «prendre des responsabilités, une chance».

A l’heure de la pause, les salariés affluent dans la «maison des activités» (photo ci-dessus), située à quelques mètres de leur lieu de travail: sous un plafond haut, autour de mobilier et de plats 100 % Ikea (boulettes et confiture d’airelles comprises!), des enfants en vacances jouent au billard habillés d’un maillot de foot Ikea, des salariés déjeunent et jettent un œil aux voyages organisés par l’entreprise. «Ikea est le meilleur endroit pour travailler au monde», explique sans complexe Henrik Preutz avec un sourire éclatant… qu’on dirait tout droit sortie d’un catalogue Ikea.