Salariés et demandeurs d’emploi: Ce qui change pour vous ce 1er juillet

SOCIAL Temps partiel, délai de carence, allocations-chômage...

Céline Boff

— 

Jeune femme travaillant sur un ordinateur, illustration.
Jeune femme travaillant sur un ordinateur, illustration. — ANSOTTE/ISOPIX/SIPA

Ce 1er juillet est marqué par l’entrée en vigueur de la nouvelle convention d’assurance-chômage, négociée et signée par les partenaires sociaux le 22 mars dernier. Elle apporte plusieurs changements pour les demandeurs d’emploi mais aussi pour les salariés. 20 Minutes fait le point.

Si vous perdez votre emploi. Et que vous partez avec une indemnité supérieure à celle fixée par la loi, vous devrez désormais attendre jusqu’à 180 jours pour toucher vos allocations-chômage, soit six mois, contre 75 jours auparavant. En pratique, le délai maximal sera atteint à partir de 16.200 euros d’indemnités. Ces nouvelles règles ne s’appliquent pas aux licenciés économiques.

Si vous avez plus de 65 ans. Et que vous êtes salarié, vous devrez vous aussi vous acquitter des cotisations chômage. Ce qui représentera 2,4% de votre salaire brut. Votre employeur contribuera également à hauteur de 4%. Soit un taux global de 6,4%, comme c’est le cas pour tous les autres salariés.

Si vous êtes intermittent. Le délai de carence entre la fin de vos périodes travaillées et le versement de vos allocations-chômage s’allonge mais pour l’instant, cela ne change rien pour vous. L’Etat a en effet annoncé qu’il va prendre à sa charge ce différé.

Si vous êtes au chômage. Votre allocation sera probablement revalorisée. En tout cas, l’allocation minimale et la partie fixe de l’allocation d’aide au retour à l’emploi vont augmenter de 0,7%. La première passe donc de 28,38 euros à 28,58 euros par jour et la seconde, de 11,64 euros à 11,72 euros par jour indemnisé. Cette mesure, qui n’est pas liée à la nouvelle convention d’assurance-chômage, concerne 65% des chômeurs indemnisés, soit environ 1,5 million de personnes.

Si vous signez un temps partiel. Vous travaillerez au minimum 24 heures par semaine. Vous ne pouvez plus effectuer moins d’heures, sauf si vous êtes un étudiant de moins de 26 ans, si vous travaillez pour un particulier, si vous êtes intérimaire, si votre branche a signé un accord dérogatoire ou encore, si vous le demandez par écrit. Attention: cette mesure, issue de la loi sur la sécurisation de l’emploi, ne s’applique qu’aux contrats signés à partir du 1er juillet. Pour tous les autres, la durée minimum entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2016.