Le patron de la CFDT tacle le patronat et les autres syndicats

SOCIAL Il va jusqu’à remettre en question la bonne exécution du pacte de responsabilité...

20 Minutes avec AFP

— 

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, le 7 avril 2014 à Paris
Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, le 7 avril 2014 à Paris — Patrick Kovarik AFP

Un gros ras-le-bol. Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, a estimé vendredi qu'il faudrait «mettre fin au pacte de responsabilité» si le patronat décidait de boycotter la conférence sociale, dont il n'attend toutefois «pas de miracle». Les responsables du patronat «feraient une profonde erreur. S'ils ne participent pas au sommet social (des 7 et 8 juillet, ndlr), il faudra mettre fin au pacte de responsabilité», a-t-il dit sur RTL.

Selon Laurent Berger, «au bout d'un moment, le patronat ne peut pas jouer la menace». «Il y en a marre qu'on dise on ne participe pas car il y a le compte pénibilité, qui n'est d'ailleurs pas si compliqué qu'ils veulent bien le dire», a lancé le secrétaire général de la CFDT. «D'un côté le patronat dit: on ne viendra pas car on n'est pas d'accord sur tout», «et puis les autres organisations syndicales disent on ne viendra pas car on ne veut pas parler du pacte de responsabilité», s'est-il agacé.

Il appelle les deux parties à «un peu de responsabilité»

Laurent Berger a donc appelé les deux parties à «un peu de responsabilité»: «La situation, avec 5 millions de chômeurs, elle impose que lors de la conférence sociale, où il n'y aura pas de miracle, nous essayions de trouver des solutions pour le chômage, contre la précarité et pour la compétitivité», a-t-il estimé.

Alors que le chômage a de nouveau bondi en mai avec une hausse de 24.800 demandeurs d'emploi sans activité et atteint un nouveau record de 3,388 millions, Laurent Berger a appelé de manière «urgente» à «mettre en œuvre le pacte de responsabilité». Cette baisse du coût du travail «doit permettre de recréer des marges dans les entreprises et de créer de l'emploi, j'y crois», a-t-il dit.