Les Britanniques interdisent au Français MyFerryLink d'accoster à Douvres

TRANSPORTS La compagnie fait appel de cette décision...

20 Minutes avec AFP

— 

Un ferry de la compagnie MyFerryLink
Un ferry de la compagnie MyFerryLink — Philippe Huguen AFP

L'autorité britannique de la concurrence a confirmé vendredi dans sa décision finale l'interdiction pour la compagnie de ferries MyFerryLink (ex-SeaFrance), qui loue ses bateaux à Eurotunnel, d'opérer depuis le port de Douvres. «Eurotunnel aura six mois pour arrêter son service» ou devra trouver un repreneur pour les ferries de MyFerryLink, afin que la compagnie soit «complètement indépendante» de l'opérateur du tunnel sous la Manche.

La compagnie va pourtant continuer à opérer

Immédiatement, MyFerryLink a annoncé qu'elle allait faire appel de cette interdiction. «La Compagnie maritime a décidé de faire appel devant la même juridiction à Londres; celle qui avait débouté l'Autorité de la concurrence britannique le 4 décembre dernier. La décision d'appel étant rendue au plus tôt à la fin de l'année 2014, la Compagnie maritime assure tous ses clients que ses navires continueront à opérer pendant toute la saison et bien au-delà», déclare MyFerryLink dans son communiqué.

Le secrétaire d'Etat aux Transports, Frédéric Cuvillier, a lui aussi réagi vendredi en annonçant que l'Etat français allait «déployer tous les moyens» pour permettre à la compagnie de ferries MyFerryLink (ex-SeaFrance) de «continuer l'exploitation des navires» depuis le port de Douvres. 

«La compagnie a perdu une bataille mais continue son combat pour le pavillon français. L'Etat est déterminé à déployer tous les moyens pour trouver une solution qui permette de continuer l'exploitation des navires et de préserver les emplois», a déclaré Cuvillier dans un communiqué.