L'action Smith and Wesson chute de 10% car les Américains achètent moins de fusils

BOURSE Les ventes des fusils semi-automatiques sont orientées à la baisse...

M.B. avec AFP

— 

Au salon annuel de la NRA, le stand Smith and Wesson, à Houston, au Texas, le 3 mai 2013
Au salon annuel de la NRA, le stand Smith and Wesson, à Houston, au Texas, le 3 mai 2013 — Justin Sullivan Getty

Un résultat mécanique. L'action Smith and Wesson a plongé vendredi à la Bourse de New York de plus de 10% après une baisse des ventes des fusils semi-automatiques au quatrième trimestre.

L'action du fabricant d'armes américain est tombée à 15,26 dollars après des prévisions de baisse des ventes pour 2015 plus fortes que prévu, concernant notamment les fusils semi-automatiques. La baisse était attendue, selon le manufacturier. La demande s'était en effet accrue après la tragédie de l'école de Sandy Hook en décembre 2012 (20 enfants tués).

>> En images: Newtown: L'Amérique endeuillée

Les amateurs d'armes s'étaient alors rués sur les semi-automatiques. Ils craignaient des lois restrictives voulues par le président Barack Obama et une partie du Congrès, qui n'ont finalement jamais été votées, vaincues pour le lobby des armes.

>> Diaporama : La réponse des pro-armes aux tueries aux Etats-Unis

L'année 2015 sera difficile

Smith and Wesson a annoncé jeudi soir une baisse des ventes sur un an de 4,6% pour le quatrième trimestre se terminant au 30 avril, à 170,4 millions de dollars. Il prévoit pour l'année fiscale 2015 un chiffre d'affaires à 585-600 millions, contre 626,6 millions l'an dernier. Le bénéfice ajusté par action est attendu à 1,30-1,40 dollars, contre 1,49 dollars en 2014.

Les résultats de 2014 avaient été les meilleurs des 162 ans d'histoire du manufacturier, selon la société.

Néanmoins, Smith and Wesson note que la demande pour les armes de poings reste forte, avec des ventes en hausse de 30% sur le quatrième trimestre. Lors d'une conférence avec les analystes, les responsables de l'entreprise sont restés optimistes sur la croissance du marché, qu'ils estiment à entre huit et 10% sur le long terme.