Le ministre de l'Économie, Arnaud Montebourg.
Le ministre de l'Économie, Arnaud Montebourg. — M. Euler/AP/SIPA

ECONOMIE

Alstom: Le gouvernement s’allie à General Electric

Le ministre de l’Economie Arnaud Montebourg a annoncé ce vendredi le rachat d’Alstom par General Electric et l’entrée de l’Etat français dans le capital du groupe…

C’est le candidat favori d’Alstom qui a remporté la mise. Après avoir tout tenté pour pousser l’offre de rachat d’Alstom par Siemens-Mitsubishi, l’Etat a finalement choisi de s’allier avec le géant américain General Electric. «Le gouvernement a décidé d’entrer au capital d’Alstom à hauteur de 20 %», a indiqué le ministre de l’Economie Arnaud Montebourg. En rachetant les deux tiers de la participation détenue par Bouygues, l’Etat devient ainsi le premier actionnaire du groupe.

>> On refait le match des offres de General Electric et Siemens/MHI

1.000 emplois créés

Lors d’une conférence de presse à Bercy, le ministre a indiqué avoir envoyé une lettre d’intention au patron de General Electric, Jeff Immelt, lui précisant les conditions de cette alliance.

Outre le maintien de l’emploi, Arnaud Montebourg a insisté sur l’engagement pris par General Electric de créer un millier d’emplois. Un «engagement assorti de pénalités en cas de non-respect», a précisé le ministre de l’Economie. Si le groupe américain contrevient à son engagement, «le gouvernement fera valoir son droit de véto si besoin», a indiqué Arnaud Montebourg.

L’offre de Siemens contraire aux règles de la concurrence

Le ministre de l’Economie, Arnaud Montebourg, a assuré que le projet d’un groupe franco-allemand de l’énergie qui aurait été composé par Alstom et Siemens s’était «heurté aux règles de la concurrence» de Bruxelles, «principal obstacle à la création de champions européens», selon lui.