UFC-Que Choisir rugit contre le roaming

— 

AFP TV

Après les ententes entre les opérateurs français de téléphonie mobile, l’association UFC-Que Choisir s’attaque aux collusions à l’échelle européenne. Dans le collimateur de l’association, alliée pour l'occasion à l'organisme européen de défense des consommateurs Beuc: le roaming.

Un mot un peu barbare, mais une réalité pour tous les Européens qui voyagent: selon l’association, les appels depuis l'étranger et vers les réseaux européens sont surfacturés. «Les opérateurs de téléphonie mobile déforment la vérité, critique Alain Bazot, président de l’UFC-Que Choisir. Depuis le début, ils ont organisé un système d’entente à grande échelle sur toute l’Europe. Il est temps d’y mettre fin, et de bâtir l’Europe des télécommunications.»

L’association propose de limiter les frais de roaming à 33 centimes d’euros par minute, ce qui ferait économiser aux consommateurs européens 3,52 milliards d’euros. Pas sûr que les opérateurs de téléphonie mobile apprécient.

Dans la foulée, le ministre délégué à l'Industrie François Loos a prôné mardi une baisse moins forte des tarifs des appels mobiles effectués à l'étranger que celle prévue par la Commission européenne, insistant sur la nécessité de ne pas déstabiliser l'économie des opérateurs mobiles.

La Commission européenne recommande un tarif autour de 49 centimes d'euros par minutes, la France préférerait 60 centimes.