SNCF: Une grève qui dure… mais pas tant que ça?

SOCIAL La mobilisation des cheminots va entrer dans sa neuvième journée...

Claire Planchard

— 

Grève à la SNCF en 1997 à Paris.
Grève à la SNCF en 1997 à Paris. — CHAMUSSY/SIPA

Alors que le conflit entrera ce jeudi dans sa neuvième journée, retour sur les principaux mouvements de grève qui ont touché l’opérateur ferroviaire depuis 1986.

18 décembre 1986-15 janvier 1987 (29 jours). Ce mouvement lancé par les syndicats pour réclamer notamment le retrait d’un projet de grille des salaires reste le plus dur de l’histoire de la SNCF… en dehors de mai-juin 1968. Le trafic est paralysé pendant les fêtes de fin d’année, obligeant parfois la SNCF à loger les usagers bloqués dans des wagons à quai. Le gouvernement de l’époque a chiffré la perte des recettes commerciales à environ 950 millions de francs (plus de 242 millions d’euros actuels) dont 620 millions de francs (soit plus de 158 millions d’euros) pour les trafics voyageurs.

26-28 mai 1993 (2 jours). Le trafic SNCF est fortement perturbé par une grève nationale lancée par trois syndicats de cheminots pour protester contre un plan prévoyant 6.000 suppressions d’emplois: ce mouvement touchant 43 % du personnel roulant paralysa deux tiers à trois quarts des trains de voyageurs.

24 novembre-15 décembre 1995 (environ 22 jours). A partir du 24 novembre, les syndicats de cheminots paralysent le trafic contre la réforme Juppé des régimes spéciaux de retraites et un projet de contrat de plan Etat-SNCF. Le taux de grévistes s’établit à 60 % (selon la direction) et à 85 % chez les agents de conduite. Le 15 décembre, le gouvernement retire sa réforme sur les retraites, la fonction publique et les régimes spéciaux (SNCF, RATP, EDF), entraînant la fin progressive du mouvement

14-19 mai 1997 (6 jours). Après un premier mouvement de grève du 23 au 26 avril, quatre syndicats d’«agents commerciaux trains» (ACT) (selon l’appellation officielle des 9.000 contrôleurs SNCF) appellent à nouveau à la grève pour protester contre la mise en place du système d’équipement EAS (Equipement Agent Seul) et pour préserver leur statut. Le mouvement est suivi par 60 à 80 % des agents concernés. Selon la direction le mouvement a coûté 60 millions de francs par jour à l’entreprise publique (près de 12 millions d’euros), soit près de 72 millions d’euros au total.

23 novembre-10 décembre 1998 (18 jours). L’automne 1998 est marqué par des grèves en série pour réclamer des augmentations d’effectifs. La grève des cheminots est suivie par celle des contrôleurs, affectant l’ensemble de l’Hexagone.

1er-7 mai 1999 (7 jours). Les agents de conduite protestent contre les dispositions d’un projet d’accord sur les 35 heures provoquant d’importantes perturbations principalement en Ile-de-France, Normandie et dans le quart nord-est de la France.

29 mars/12 avril 2001 (15 jours). Une grève générale des agents de conduite est lancée contre le projet «Cap client» qui prévoit une organisation verticale de l’entreprise par activités (grandes lignes, transport de marchandises, Ile-de-France, régions). Les syndicats redoutent qu’il débouche sur le démantèlement du service public ferroviaire «à la française» et réclament des augmentations de salaire. La grève perturbe sérieusement le trafic sur tout le territoire à l’occasion des départs en vacances de Pâques. Selon l’Institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques, il avait coûté, à l’époque, 1 milliard de francs.

18-23 octobre 2007 (6 jours) et 13-23 novembre (10 jours). A l’automne 2007, les syndicats lancent successivement deux mouvements de grève contre la réforme des régimes spéciaux de retraite. Le mouvement aurait coûté 300 millions d’euros à la SNCF (20 millions par jours selon la direction de l’époque), soit 30 à 40 % du résultat annuel, poussant la SNCF à lancer un plan d’économie de 100 millions d’euros.

Du 6 au 21 avril 2010 (16 jours). Lancé à l’appel de la CGT et de SUD-Rail, le conflit porte sur les questions des emplois, de la réorganisation par branches et de l’avenir du fret.