Noos dans la ligne de mire de Bercy

©2006 20 minutes

— 

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a décidé de placer le câblo-opérateur Noos-Numéricâble "sous surveillance" en raison des nombreuses plaintes de ses abonnés, a-t-elle annoncé vendredi dans un communiqué.
La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a décidé de placer le câblo-opérateur Noos-Numéricâble "sous surveillance" en raison des nombreuses plaintes de ses abonnés, a-t-elle annoncé vendredi dans un communiqué. — Bertrand Guay AFP

Carton jaune pour Numéricâble-Noos. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a annoncé vendredi qu'elle plaçait « sous surveillance » le cablo-opérateur spécialisé dans l'accès Internet, la téléphonie et la télévision. Rien que pour ce début d'année, le gendarme de la concurrence affirme avoir reçu une « grosse centaine de plaintes » de consommateurs concernant Noos. L'Etat exige du câblo-opérateur qu'il lui explique d'ici à la fin mars comment il compte améliorer son service technique, la gestion de ses factures, ou encore le suivi des réclamations des clients. Sur le terrain, des inspecteurs se rendront dans les boutiques Numéricâble-Noos pour contrôler l'accueil des clients. Avec recours à « la voie répressive » si des abus étaient constatés. Reçu jeudi dernier à Bercy, l'opérateur a reconnu « la réalité des dysfonctionnements » qui lui sont reprochés. Une nouvelle qui apaisera peut-être la grogne de ses clients. Réunis dans une association – Les déçus du câble – certains d'entre eux ont même déposé plainte début février pour « publicité mensongère, abus de biens sociaux et tromperie ».

E. L.

En 2005, la Répression des fraudes a reçu 31 000 plaintes liées aux fournisseurs d'accès à Internet. Et 14 500 de plus pour le premier semestre 2006. Elle reçoit ces opérateurs tour à tour depuis début février.