Votre travail est-il pénible?

SOCIAL On en sait plus sur le compte pénibilité qui doit entrer en vigueur en 2015…

C.B. avec AFP

— 

Un chantier. llustration.
Un chantier. llustration. — C. ALLAIN / APEI / 20 MINUTES

Il va falloir patienter encore un peu. Mais dans quelques mois, à partir du 1er janvier 2015, vous pourrez commencer à accumuler des points sur un compte et ainsi espérer partir plus tôt à la retraite… A une condition: que votre travail soit reconnu comme étant pénible.

Ce qui est loin d’être exceptionnel: d’après le gouvernement, un travailleur sur cinq pourrait in fine disposer d’un compte pénibilité. Mesure emblématique de la réforme des retraites, ce compte permet donc de cumuler des points pour partir plus tôt à la retraite, se former ou encore travailler à temps partiel.

Mais à quoi reconnaît-on un travail pénible? Michel de Virville, conseiller-maître à la Cour des comptes, a rendu ce mardi un rapport venant détailler les conditions d’exposition nécessaires, qui devront ensuite être traduites par décret. Vous marquez donc des points:

Si vous êtes confronté à des températures extrêmes. Plus précisément, si vous travaillez, au moins 900 heures par an, alors qu’il fait 5°C tout au plus ou, au contraire, au moins 30°C.

Si vous devez supporter le bruit. Deux possibilités: vous êtes chaque jour soumis à des sons de 80 décibels ou vous subissez, pendant au moins 600 heures par an, un bruit de 135 décibels.

Si vous travaillez de nuit. C’est-à-dire, au moins une heure entre minuit et 5 heures du matin et ce, pendant au moins 120 jours par an.

Si vos horaires sont alternants. Mais seulement s’ils impliquent, pendant 50 jours au moins chaque année, des horaires irréguliers et atypiques de nuit.

Si votre travail est répétitif. C’est-à-dire si vous répétez le même geste dans un temps de cycle inférieur à une minute maximum, ou si vos gestes comportent 30 actions techniques par minute en moyenne. Il faut exercer ces tâches répétitives au moins 900 heures par an.

Si vous manutentionnez des charges. Concrètement, il faut lever et porter des charges de 15 kg et plus, ou alors pousser ou tirer des poids de 250 kg, pendant au moins 600 heures par an.

Si vous êtes dans une posture pénible. C’est-à-dire si vous travaillez accroupi, à genoux, avec les bras au-dessus des épaules ou encore, en tordant ou fléchissant le torse, pendant 900 heures par an minimum.

Si vous êtes confronté à des vibrations mécaniques. Par exemple, celles transmises par des marteaux-piqueurs ou des engins de chantiers. Dans ce cas, seront retenus comme seuils les valeurs d’action obligatoires, c’est-à-dire celles qui déclenchent des actions de prévention (2,5 mètres par seconde au carré pour les mains et les bras, 0,5m/s2 pour le corps entier) pour une durée de 450 heures par an.

Si vous êtes exposé à des agents chimiques dangereux. Plus précisément, aux substances sélectionnées au vu de leur impact sur la santé (cancérigènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction (CMR), agents chimiques dangereux (ACD), produits susceptibles d’effets chroniques, etc.).

Si vous travaillez en milieu hyperbare, par exemple si vous effectuez des travaux sous-marins. La pénibilité sera retenue dès lors que vous effectuez au moins 60 interventions ou travaux par an à plus de 1.200 hectopascals.

Si vous entrez dans l’une de ces catégories, votre compte sera crédité de quatre points par an et de huit en cas de polyexposition. Le compte ne pourra toutefois comporter plus de 100 points.

Sachez que dix points permettront l’acquisition d’un trimestre de retraite supplémentaire ou une réduction du temps de travail d’un trimestre à mi-temps. Attention: les 20 premiers points ne peuvent être utilisés «que pour le financement d’une formation». Les salariés proches de la retraite seront toutefois épargnés par cette disposition.