Affaire BNP Paribas: Hollande écrit à Obama

DIPLOMATIE L’exécutif français riposte contre une sanction trop sévère…

William Molinié

— 

François Hollande le 30 mai 2014 à Rodez
François Hollande le 30 mai 2014 à Rodez — Pascal Pavani AFP

François Hollande avait déjà prévu d’en parler à son homologue américain jeudi soir lors d’un dîner organisé à l'occasion des commémorations du 70e anniversaire du Débarquement en Normandie.

Le président français a même pris les devants en prenant la plume et a écrit à Barack Obama, rapporte RTL. Selon la radio, il a adressé un courrier de protestation et défendu la banque française, affirmant qu'elle devra payer en cas de faute mais que sa sanction ne doit pas être disproportionnée et injuste.

Sanction de 10 milliards de dollars?

Le groupe bancaire français est accusé d'avoir réalisé des opérations avec des pays sous embargo, comme le Soudan et l'Iran.

Selon la presse, il pourrait se voir infliger une pénalité supérieure à 10 milliards de dollars (7,34 milliards d'euros) ainsi qu'une suspension temporaire de ses activités aux Etats-Unis, ce qui l'empêcherait de traiter des transactions en dollars.

«Une agression»

De son côté, l'ancien ministre UMP Xavier Bertrand souhaite que François Hollande obtienne de Barack Obama la fin du «harcèlement» contre BNP Paribas. «C'est une agression contre la France et contre l'Europe», a-t-il déclaré sur Europe 1.

«L'administration américaine a été trop laxiste avec ses banques et aujourd'hui ils ont décidé de faire un exemple avec la BNP», a-t-il expliqué. «Si on affaiblit la BNP» c'est «l'ensemble du système bancaire européen» qui sera visé, selon le responsable d'opposition.