A quoi ressemblera votre open space de demain?

TRAVAIL Au bureau, l’open space a fait long feu et des formes innovantes d’organisation de l’espace de travail voient le jour pour la santé des salariés…

Bertrand de Volontat

— 

Pendant la période estivale, la plupart des entreprises françaises acceptent - avec quelques réserves - que leurs employés troquent vestes ou tailleurs contre des tenues plus légères et plus décontractées pour venir travailler.
Pendant la période estivale, la plupart des entreprises françaises acceptent - avec quelques réserves - que leurs employés troquent vestes ou tailleurs contre des tenues plus légères et plus décontractées pour venir travailler. — Lionel Bonaventure afp.com

«L’erreur c’est d’imposer l’open space pour tout le monde et tout le temps», affirme Benjamin Girard de l’agence Design Project. L’open space est mort, vive l’open space. S’il n’est pas question de revenir au tout cloisonné dans les espaces de travail, de nouvelles techniques commencent à être employées pour mieux conjuguer productivité et bien-être des salariés.

«L’open space est une solution qui a d’abord été choisi par les entreprises dans un souci de résultats, analyse Beatriz Arantes, chercheuse pour le fabricant de bureaux Steelcase, interrogée par 20 Minutes. Désormais, elles doivent aussi prendre en compte les besoins des employés. Aux Etats-Unis, le souci majeur est désormais leur santé physique. A l'occasion de la semaine des designers à Paris et en Ile-de-France20 Minutes fait le point sur les cinq éléments clés qui vont définir votre futur open space.

Les zones annexes adaptables. L’open space favorise-t-il l’inattention et les mauvaises priorités? «Il n’est pas raisonnable de mettre 300 personnes dans un même espace pour tout faire à la fois», estime Beatriz Arantes. Il faut prévoir des une variété d’espaces différents. Un salarié doit pouvoir de choisir son espace, de manière spontanée, en fonction de son activité: concentration, discussion ou certains appels. Peut-on faire une pause sans être épié par tout le monde? «La combinaison d’un open space et d’espaces périphériques est l’idéal, affirme Benjamin Girard. Ou un bureau avec un paravent. Au-delà du bruit, il est important de pouvoir travailler sans être vu ou sans voir les autres.» Ainsi, les fabricants ne parlent pas forcément de bureaux mais plutôt des zones. Des modules sont ainsi créés, avec de petites structures facilement déplaçables. Steelcase plaide pour des «microenvironnements de travail afin d'encourager innovation et créativité».

Le lounge be free. C'est-à-dire un espace de liberté plus cosy. L’idée est d’être dans une posture différente: accoudée au bar, allongée dans un canapé. «Le coin café par exemple, souvent triste et délaissé, doit se transformer en espace positif, où prendre des cafés ou travailler doit être possible», détaille l’agence Design Project. Changer de postures améliore le bien-être».

Crédit image: Digital Project.

Le home feeling. La tendance est le besoin de se sentir en cohérence avec ses valeurs, c'est-à-dire le besoin de se sentir chez soi. Avec des matériaux plus doux, des couleurs plus vives, s’éloignant des métalliques gris. «Ce cadre décontracte les employés et aide à la création», explique Beatriz Arantes.

L’appartenance. Il faut permettre aux salariés d’être impliqués au travail et de laisser une marque au travail: tableaux blancs dans les salles de projet. «Stop au fordisme, il faut donner aux employés le choix et la capacité d’agir», affirme la chercheuse qui recommande des espaces personnalisables. Plus de plantes vertes permettent d’égayer le cadre de vie et respirer un meilleur air.

La sédentarité. Nous restons assis huit heures par jour au bureau, c’est trop. Ology, lancé par Steelcase, propose des bureaux et chaises à taille modulables pour travailler assis ou debout, à hauteur de son interlocuteur, tout au long de la journée. «C'est la norme dans les pays scandinaves ou en Allemagne, affirme Beatriz Arantes. Pas encore en France.» Pour rendre la sédentarité vivable, le vidéo call dans les échanges, notamment le «media scape» [voir la photo], est désormais introduit par certaines entreprises. 

Crédit image: Steelcase