SERIE 2/4: Les eurodéputés veulent vous faire téléphoner moins cher

EUROPE Deuxième volet de notre série «Ce que les eurodéputés ont changé dans votre quotidien»...

Céline Boff

— 

Téléphone portable, illustration.
Téléphone portable, illustration. — POUZET/SIPA

Le Parlement européen, ça ne sert à rien? Détrompez-vous: un tiers des lois et des ordonnances appliquées en France sont directement issues des textes adoptés par les eurodéputés à Bruxelles ou à Strasbourg. 20 Minutes a sélectionné quatre décisions qui ont des conséquences sur le quotidien des Français.

>>Ce mardi: Les eurodéputés veulent vous faire téléphoner moins cher
>>Lundi 19 mai: Une directive plus musclée pour l’emploi
>>Mercredi 21 mai: Le Parlement européen veille sur votre assiette
>>Jeudi 22 mai: Un combat pour la mobilité des étudiants

L’Europe, un territoire sans frontière… Sauf pour le téléphone portable. Si vous passez un appel, recevez un texto ou consultez Internet depuis votre mobile dans un autre pays de l’Union européenne, vous risquez de le sentir sur votre facture téléphonique. Car des «frais d’itinérance», ou de «roaming» comme ils sont nommés en anglais, vous seront sans doute facturés… Mais plus pour longtemps.

Le 3 avril dernier, le Parlement européen a en effet décidé de voter la fin de ces frais. Elle sera effective à partir du 15 décembre 2015. Enfin… Elle devrait l’être. «Car rien n’est encore acté: le texte doit être validé par les gouvernements nationaux. Or, ils pourraient décider de reporter la date d’application ou encore ajouter des contraintes telles que les consommateurs auraient, in fine, toujours un surcoût à régler s’ils utilisent leur portable à l’étranger», prévient Antoine Autier, chargé de mission Nouvelles technologies à l’association UFC-Que Choisir.

«Les eurodéputés ont rappelé la Commission européenne à ses engagements»

L’expert se réjouit toutefois de l’action entreprise par les eurodéputés: «Le Parlement européen a réalisé un excellent travail, d’autant plus que la proposition initiale de la Commission européenne était très décevante. Elle s’était engagée en 2010 à faire disparaître progressivement les frais de roaming, mais elle a fait une reculade. Les eurodéputés l’ont rappelée à ses engagements, c’est une très bonne chose. Cependant, tout n’est pas encore gagné.»

L’expert redoute que les Etats se montrent plus sensibles aux arguments des opérateurs téléphoniques qu’aux intérêts des consommateurs. A fortiori en ces temps de rachats et de plans sociaux dans le secteur des télécoms, notamment tricolores.