Xavier Niel officialise sa prise de contrôle de Monaco Telecom

TELEPHONIE Xavier Niel, patron du groupe Iliad, a officialisé vendredi à Monaco son rachat de l'opérateur de télécommunications monégasque Monaco Telecom...

R.L. avec AFP
— 
PRM/SIPA

Xavier Niel, patron du groupe Iliad (Free), a officialisé vendredi à Monaco son rachat de l'opérateur de télécommunications monégasque Monaco Telecom, contrôlé auparavant par le britannique Cable & Wireless Communications (CWC), a-t-il indiqué lors d'un point de presse.

55% du capital

Le milliardaire français, via sa holding NJJ Capital, s'empare à partir de mardi prochain de 55% du capital de l'unique opérateur de la petite principauté de 2 km2, l'Etat monégasque en conservant 45%.

L'ancien actionnaire majoritaire britannique CWC avait confirmé le 25 avril ce projet dans un communiqué, précisant que la transaction se montait à près de 322 millions d'euros. CWC avait acquis 55% de Monaco Telecom en juin 2004 pour 162 millions d'euros.

Une assemblée des actionnaires de CWC tenue jeudi a permis à Xavier Niel de signer officiellement cette transaction vendredi.

«Nous souhaitions un professionnel»

«Monaco Telecom est un acteur qui permet d'inventer des choses différentes, parce qu'on a un territoire concentré, restreint, dont on peut faire un laboratoire extrêmement avancé des technologies des télécommunications», a commenté Xavier Niel devant la presse, notant aussi la proximité de la principauté avec la France. «Monaco a une image qui peut intéresser des clients au-delà des frontières», a-t-il également mis en exergue.

Il promet des «investissements significatifs dans les prochaines semaines» mais reste encore très évasif sur les changements commerciaux précis qu'il souhaite impulser en tant que nouvel actionnaire majoritaire.

Jean Castellini, à la tête du département des Finances et de l'Economie de Monaco, a précisé vendredi que le processus de sélection du actionnaire majoritaire avait duré 15 mois. «Nous ne souhaitions pas être possédés un jour par un Etat. Nous souhaitions un professionnel», a-t-il commenté devant la presse.