Crédit immobilier: Des taux d’intérêt toujours au plancher

BANQUE Les taux d’intérêt continuent leur baisse en mai et pourraient encore reculer, selon les courtiers…

Claire Planchard

— 

Renégocier son prêt immobilier en mai 2012 peut permettre d'économiser plus de 50 000 euros sur le coût total de son crédit.
Renégocier son prêt immobilier en mai 2012 peut permettre d'économiser plus de 50 000 euros sur le coût total de son crédit. — JAUBERT/SIPA

Mai 2014, encore plus fort que mai 2013? Contre toute attente, les taux d’intérêt des crédits immobilier continuent à dégringoler en France et flirtent avec leurs niveaux records du printemps 2013.

«Depuis le début de l’année 2014, le recul des taux est rapide, ils ont perdu 14 points de base et sont revenus à leur niveau de juillet 2013. La moyenne s’établit à 2,94% en avril, après un premier trimestre 2014 avec un taux moyen à 3,03%», résumait mardi l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

Des taux sous la barre des 3% sur vingt ans

Une tendance confirmée par l’ensemble des courtiers qui publient ces jours-ci les tendances des nouveaux barèmes affichés par leurs banques partenaires. Chez Meilleurtaux.com, 86% des nouveaux barèmes étaient ainsi orientés à la baisse en avril, avec de 0,13 point en moyenne. Tandis que les autres étaient stables. Résultat: des taux moyens à 2,83% sur quinze ans, 3,13% sur vingt ans et 3,56% sur vingt-cinq ans… et même des taux qui passent sous la barre des 3% sur vingt ans pour les meilleurs dossiers.

Chez Cafpi, l’intégralité des taux négociés a baissé sur un mois. Avec un taux fixe de référence sur vingt ans à 2,62% pour le meilleur dossier et seulement 3,10% pour le moins bon. Et le courtier affiche pour la 1er fois passe même sous la barre des 2%: 1,93% sur dix ans pour le taux le plus bas négocié en avril.

«L’OAT à dix ans [taux de long terme des emprunts d’État utilisé par les banques comme référence pour déterminer les taux fixes des crédits immobiliers] a chuté très fortement à 1,88% contre 2,16% en avril et 2,36 % au 1er trimestre 2014, cela a donné des marges de manœuvre aux banques pour gagner de l’argent mais aussi pour prêter à des taux exceptionnellement bas», analyse Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com. Résultat: «les niveaux records de mai 2013 sont reconfirmés», explique-t-elle.

Pas de risque de remontée rapide

Et l’embellie pourrait continuer. «C’est la première fois depuis la fin des années 40 que les taux des crédits restent aussi bas pendant aussi longtemps, sans risque de remontée rapide», explique Crédit Logement qui table sur de bonnes conditions de financement «au moins jusqu’à l’automne».

Au lendemain de la conférence mensuelle du gouverneur de la Banque centrale européenne qui a confirmé une nouvelle fois ce jeudi le maintien de son taux directeur au plus bas à 0,25%, les courtiers sont plutôt optimistes: «On sent les prémices d’une reprise de la croissance et de l’inflation, mais elles tardent toujours à se concrétiser. Dans ce contexte, même s’il est difficile de se prononcer à trop long terme, les emprunteurs devraient bénéficier de bonnes conditions jusqu’à la fin de l’année, car même si la tendance s’inversait, il n’y aurait pas de flambée des taux», observe Philippe Taboret, directeur général adjoint de CAFPI.

«Traditionnellement juillet et août sont plus calmes sur le marché immobilier, mais on peut encore parier sur un statu quo voir sur quelques baisses de taux dans les mois prochains», estime pour sa part Maël Bernier de Meilleurtaux.com. Une bonne fenêtre de tir, donc, pour acheter mais aussi pour renégocier un prêt souscrit en 2012 à des conditions moins favorables.