Nissan plombe le moral de Renault

©2006 20 minutes

— 

Le deuxième constructeur automobile japonais Nissan a renoncé vendredi à réaliser un nouveau bénéfice record cette année après une forte chute de son profit au troisième trimestre, premier revers sérieux infligé à son PDG Carlos Ghosn depuis son arrivée en 1999.
Le deuxième constructeur automobile japonais Nissan a renoncé vendredi à réaliser un nouveau bénéfice record cette année après une forte chute de son profit au troisième trimestre, premier revers sérieux infligé à son PDG Carlos Ghosn depuis son arrivée en 1999. — Yoshikazu Tsuno AFP/Archives

L'étoile de Carlos Ghosn est-elle en train de pâlir ? A la tête de Renault et de Nissan (contrôlé à 44,3 % par Renault) le dirigeant avait, en 1999, sauvé le groupe japonais de la faillite. Mais vendredi, pour la première fois en six ans, Nissan a affiché des résultats à la baisse, en recul de 16,6 % sur un an. Tout en restant en bonne santé, le constructeur prévoit une chute de 12,6 % de son bénéfice pour 2006-2007.

Pour la presse japonaise, c'est la fin de la « magie Ghosn ». Analystes et éditorialistes lui reprochent d'avoir pris la tête de Renault en mai 2005 et de ne plus passer assez de temps à Tokyo. Et quand Nissan s'enrhume, c'est aussi Renault qui tousse. Le titre a perdu 4,18 % vendredi, à l'annonce de cette contre-performance. Première réaction : Carlos Ghosn a annoncé que l'élargissement de l'alliance Nissan-Renault à un troisième partenaire attendra. D'autant que Renault donne aussi des signes de fatigue. Alors qu'en France les immatriculations ont progressé en janvier de 1,8 % par rapport à 2006, la marque au losange a reculé de 7 %. De quoi se donner des sueurs froides en attendant la présentation des résultats annuels de Renault, dans trois jours.

E. L. (avec AFP)

Renault a annoncé vendredi qu'il allait doubler la capacité de production de son usine moscovite de Logan – son modèle à bas coût – à 160 000 voitures par an d'ici à la mi-2009. Un investissement d'environ 115 millions d'euros.