Nintendo replonge dans le rouge à cause de la Wii U boudée

© 2014 AFP

— 

Super Mario et Luigi, deux héros des jeux vidéo du géant japonais, Nintendo, photographiés le 26 avril 2014 à Chiba, près de Tokyo
Super Mario et Luigi, deux héros des jeux vidéo du géant japonais, Nintendo, photographiés le 26 avril 2014 à Chiba, près de Tokyo — Yoshikazu Tsuno AFP

Le pionnier japonais des jeux vidéo, Nintendo, a annoncé mercredi être retombé dans le rouge à l'issue de l'exercice 2013-2014, à cause de sa console de jeux Wii U qui a pris un mauvais départ fin 2012 et est laminée par les rivales.

Le groupe centenaire qui avait tout juste sorti la tête de l'eau en 2012-2013, avec un maigre résultat net, a enduré une perte de 23 milliards de yens (170 millions d'euros), à cause d'un plongeon de 10% de son chiffre d'affaires à 572 milliards de yens (4,2 milliards d'euros) et d'une perte opérationnelle de 46 milliards de yens.

Au plus fort de sa forme, en 2008-2009, Nintendo avait enregistré un bénéfice d'exploitation quasi équivalent à son chiffre d'affaires de l'an passé, lequel a été divisé par près de quatre en 5 ans.

Durant l'exercice d'avril 2013 à mars 2014, le créateur de Mario, Pikachu et Zelda n'est pas parvenu à dégager de marges opérationnelles, même s'il a profité de fluctuations favorables des monnaies.

Bien que le groupe se vante d'avoir connu de grands succès avec des nouveautés pour ses consoles de poche 3DS dans les populaires sagas ludiques Pokemon, Zelda ou Mario, il a quand même concédé que la progression des ventes a été limitée à l'étranger lors de l'offensive de Noël. Nintendo a écoulé 12,24 millions de 3DS dans le monde en 12 mois (contre 13,5 millions espérées) et 67,89 millions de jeux liés (un peu plus que prévu).

Le pire provient cependant des consoles de salon Wii U et des divertissements afférents. Cette console est réellement à la peine: elle ne trouve pas son public, d'autant moins que les concurrentes de Sony (PlayStation 4) et de Microsoft (Xbox one) sont arrivées plus tard sur le marché et lui font de l'ombre.

La Wii U ne s'est écoulée qu'à 2,72 millions d'unités dans le monde dans l'année, moins que les 2,80 millions prévu, et bien loin des 9 millions initialement espérés.

Nintendo n'en a in fine écoulé que 6,2 millions depuis le lancement de cette machine fin 2012, alors que la PS4 de Sony a été achetée à plus de 7 millions et la Xbox one à 5 millions d'exemplaires en étant sorties un an plus tard.

- une amélioration en 2014-2015, pas une révolution -

Ces consoles ne sont pas en tous points comparables, puisque la Wii U est censée être plus simple et plus familiale et que la PS4 se présente comme une véritable plate-forme multimédia ultra-performante, mais Nintendo a peut-être commis l'erreur d'avoir voulu prendre trop d'avance sur ses rivaux, au risque de proposer une Wii U sans les indispensables titres vedettes incitant à l'achat.

Les ventes de jeux conçus par Nintendo pour les Wii U ont été inférieures à la prévision de 19 millions.

«La stagnation des ventes de la Wii U a porté un coup dur à Nintendo alors que les ventes de la 3DS ont également perdu leur élan», a constaté Eiji Maeda, analyste chez SMBC Nikko Securities à Tokyo.

«Nintendo n'a actuellement pas grand chose pour changer cette situation. Ils ont besoin de créer un nouveau marché avec quelque chose de surprenant», souligne-t-il.

Pour l'exercice d'avril 2014 à fin mars 2015, Nintendo veut certes se requinquer un peu et table sur un bénéfice net de 20 milliards de yens, mais il ne laisse guère espérer une révolution.

Il dit juste vouloir profiter du parc déjà vendu de 43 millions de console 3DS pour doper les ventes de jeux associés, et veut ajouter des fonctions à sa Wii U dans l'espoir de lui donner l'attrait qu'elle n'a pour le moment pas réussi à avoir.

Le groupe escompte ainsi une progression de 3,2% de son chiffre d'affaires à 590 milliards de yens et un bénéfice d'exploitation de 40 milliards.

En janvier, le patron, Satoru Iwata, avait néanmoins promis que Nintendo allait particulièrement s'intéresser aux produits qui permettront aux utilisateurs de surveiller leur santé pour rester en forme. Le public et les actionnaires attendent.