Guerre Taxis-VTC: Comment ça se passe dans les autres pays?

RAPPORT Alors qu'un rapport de 30 propositions, élaboré par le député PS Thomas Thévenoud est remis ce jeudi au Premier ministre, Manuel Valls, pour moderniser les taxis et réguler les VTC…

R.L.

— 

Les rues de New York sans les "Cab" jaunes à cause d'une grève de taxis? Contre le GPS à bord 8400 chauffeurs veulent marquer le coup en éteignant leur moteur.
Les rues de New York sans les "Cab" jaunes à cause d'une grève de taxis? Contre le GPS à bord 8400 chauffeurs veulent marquer le coup en éteignant leur moteur. — DR

Interdiction des applications de géolocalisation des VTC, mise en place de forfaits pour desservir les aéroports en taxi, ou encore maintien du gel des immatriculations des VTC, le rapport Thévenoud veut encadrer les uns et moderniser les autres. Cette étude de 30 propositions doit en effet permettre de trouver des solutions au conflit qui les oppose depuis plusieurs mois, les taxis considérant les VTC comme des «concurrents déloyaux».

Face à ce phénomène qui engendre les mêmes contestations dans la plupart des pays industrialisés, chacun tente de trouver des solutions pour faire cohabiter (ou non) les taxis et les VTC. Tour d’horizon à l’étranger.

Libéralisation pure et simple des VTC

En Californie, les autorités ont très vite décidé d’une libéralisation totale du secteur. En effet, dans l’État de la Silicon Valley, les compagnies de VTC qui se sont développées grâce à l’émergence des nouvelles technologies ont gagné le bras de fer qui les opposait à l’industrie des taxis. Depuis octobre  2013, ils peuvent donc conduire les clients au même titre que les taxis sous licence.

Une cohabitation complémentaire

A Londres et à New-York, une sorte de charte déontologique s’est mise en place entre taxis et VTC, et chacun veille au respect de ses prérogatives. Les uns travaillent en maraude et en station, les autres uniquement au forfait. En effet, les taxis sont libres de tourner dans les rues pour trouver des clients, tandis que les VTC doivent être précommandés. Par ailleurs, le tarif de la course est déterminé par le compteur kilométrique pour les taxis.

Avantage aux taxis

Au Canada, dans des villes comme Vancouver, le gouvernement a choisi de protéger les conducteurs de taxis en imposant une course minimum aux VTC. Le trajet coûtera au moins 50 euros à Vancouver, selon Nicolas Rousselet, président de l’Union nationale des industries du taxi et le PDG du groupe G7, cité par Le Monde.

Uber: Persona non grata

En Belgique, le tribunal de commerce a tranché le conflit: Uber est interdit d’exercer dans les rues de Bruxelles, sous peine d’une amende de 10.000 euros pour les chauffeurs pris sur le fait. Toutefois, l’interdiction touche uniquement le service UberPop –sorte covoiturage— lancé début avril à Bruxelles.

En Allemagne, le tribunal de grande instance de Berlin a aussi interdit, le 11 avril 2014, à la société américaine de poursuivre ses activités liées à l’une de ses offres: le «service limousine», baptisé aussi «Uber Black». Instauré en 2013 à Berlin, il met en relation des conducteurs, au volant de limousines louées, et des particuliers.

En France, le député Thomas Thévenoud se montre également très critique envers la société Uber —et son service de covoiturage urbain— qu’il accuse de pratiquer une activité de «taxi clandestin». «La place d’Uber est devant les tribunaux, le plus rapidement possible», a-t-il déclaré. Le service de répression des fraudes a ouvert une enquête contre cette pratique.