Dessine-moi la voiture de demain

AUTOMOBILE Gros plan sur les 20 projets sélectionnés ce mardi pour la deuxième phase du concours «Valeo Innovation Challenge»...

Romain Lescurieux

— 

Bientôt il sera possible de garer sa voiture grâce à son smarthphone.
Bientôt il sera possible de garer sa voiture grâce à son smarthphone. — Valeo

A quoi ressemblera la voiture de 2030? Peut-être se garera-t-elle toute seule, se conduira-t-elle avec les yeux tout en polluant moins… Si ces projets futuristes semblent encore fous, ils commencent à germer dans la tête de nombreux étudiants.

C'est ce que revèle le premier palmarès intermédiaire du «Valeo Innovation Challenge», le concours, lancé en septembre 2013 par l'équipementier automobile pour inviter les étudiants du monde entier à imaginer l’équipement qui rendra d'ici 2030 «une voiture plus intelligente et plus intuitive».

«Nous écoutons, nous regardons leur vison du futur»

Au total, 969 dossiers ont été déposés — soit 1.412 étudiants de 55 pays et 455 universités. Et parmi eux, 20 équipes provenant de 4 continents (Europe, Asie, Afrique, Amérique) et de treize pays, dont la France (voir encadré) ont été retenues ce mardi. «Avec les membres du jury nous avons lu et épluché tous les projets d’innovation», explique Guillaume Devauchelle, directeur innovation de Valeo, à l'initiative du concours. «Globalement, nous étions ouverts à toutes les idées. Nous écoutons, nous regardons leur vision du futur», poursuit-il.

Toutefois, des critères de sélection ont été émis pour départager les nombreuses équipes. «Nous nous sommes basés sur le côté "jamais vu" la faisabilité et la qualité de l’argumentation. 50 % de la note s’appuie sur l’innovation», détaille Guillaume Devauchelle. Au final, différents «types» de voitures se sont dégagés avec des thématiques bien précises selon les régions du globe.

«Voiture caméléon»

Deux «types» de voiture sont principalement ressortis lors de cette première phase du concours. D’un côté, la voiture configurable et connectée: «C’est la voiture caméléon qui s’adapte aux besoins du moment, à l’ambiance, à chacun des conducteurs, avec des outils comme la commande vocale ou avec le regard», note Guillaume Devauchelle. D’un autre côté, la voiture basée autour des notions de sécurité et de protection de la personne. «Cet aspect est très présent dans l’esprit des jeunes. Notamment dans les pays émergents», ajoute-t-il.

Enfin, l’efficacité énergétique est également abordée par les étudiants. Selon le groupe, «la réduction de la consommation, des émissions de CO2 se retrouvent principalement en Europe». Mais «globalement, tous optent pour faire en sorte que l’automobile de 2030 soit plus propre, plus sûre et plus agréable à conduire», conclut Valeo.

Chaque équipe va désormais recevoir 5.000 euros pour réaliser un prototype fonctionnel du projet d’ici le 29 août 2014.  Six équipes finalistes seront ensuite sélectionnées pour présenter à l’occasion du Salon de l’Automobile 2014 en octobre à Paris.

Mathieu Field, 21 ans, est étudiant à l’Ecole Supérieure d’Ingénieurs en génie électrique à Rouen. Ce passionné d’automobile depuis le plus jeune âge a décidé de se lancer dans l’aventure «Valeo Innovation Challenge» en septembre dernier, avec un autre étudiant ingénieur à Télécom Nancy. Ils font partie des heureux sélectionnés. «C’est le goût du challenge et le fait de participer à un concours international qui nous ont motivés». Lui, qui souhaiterait travailler à termes pour une entreprise automobile explique: «c’est excitant de trouver quelque chose de nouveau pour la voiture du futur et faciliter la vie de tous les jours». Il ne peut pas dévoiler son projet mais dit avoir pensé à quelque chose de concret. Pour le moment, Mathieu Field reste lucide: «Cette sélection est une bonne nouvelle mais le plus dur est à venir».