Vous allez bientôt comprendre votre fiche de paie

SALAIRE Grâce au choc de simplification, votre bulletin de salaire devrait devenir plus compréhensible...

Céline Boff

— 

Les augmentations de salaires ne devraient pas dépasser 2% en 2014 en France, un taux qui n'avait pas été aussi bas depuis 2000, indique mercredi le cabinet Hay Group, qui y voit un effet de la crise et de la croissance atone.
Les augmentations de salaires ne devraient pas dépasser 2% en 2014 en France, un taux qui n'avait pas été aussi bas depuis 2000, indique mercredi le cabinet Hay Group, qui y voit un effet de la crise et de la croissance atone. — Philippe Huguen AFP

Le salaire brut et le salaire net. Ce sont généralement les deux seules cases qu’un salarié saisit lorsqu’il reçoit sa fiche de paie.

Se pencher sur la trentaine de lignes séparant ces deux chiffres, c’est comme entreprendre un voyage en terre inconnue. Et les comprendre est une mission quasi-impossible pour toute personne n’évoluant pas dans un service des ressources humaines. Elle l’est même pour les chefs d’entreprise. C’est d’ailleurs ce qui pousse de plus en plus de sociétés à externaliser cette tâche.

Un coût de 50 à 150 euros par mois

Mais tout cela devrait bientôt changer. Simplifier le bulletin de salaire est en effet l’une des cinquante mesures présentées lundi par le Conseil de la simplification pour les entreprises. «Aujourd’hui, une entreprise dépense entre 50 et 150 euros par mois et par salarié pour réaliser les fiches de paie! Il y a 20 ans, c’était seulement la moitié», lance le patron Guillaume Poitrinal, coprésident du Conseil de la simplification.

Cette instance souhaite alléger les bulletins de paie en les limitant à moins d’une dizaine de lignes, comme c’est déjà le cas en Allemagne ou aux Pays-Bas. «Chacune correspondrait au financement d’un type de protection sociale: famille, chômage, santé, etc.», détaille le député PS Thierry Mandon, également coprésident du Conseil de la simplification.

Les salariés pourraient enfin savoir combien ils versent chaque mois pour abonder notre système de retraite ou pour financer les prestations familiales. Et les entreprises consacreraient moins de temps à réaliser cette tâche. «Cette évolution limiterait également les erreurs, car plus il y a de lignes, plus le risque de se tromper augmente», note Thierry Mandon.

La mesure ne verra pas le jour avant 2016

Si le président François Hollande et le Premier ministre Manuel Valls ont déjà approuvé cette mesure, elle ne verra pas le jour avant au moins deux ans… Dans le meilleur des cas. Car pour simplifier nos fiches de paie, il faut d’abord réorganiser et surtout, limiter le nombre d’organismes collecteurs, ces entités chargées de recouvrer les prélèvements sociaux.

Rappelons qu’elles sont pilotées par les partenaires sociaux. Des négociations vont donc s’ouvrir prochainement avec les syndicats. Reste à savoir dans quelle mesure ils se plieront eux aussi au jeu de la simplification.