Bataille de chiffres autour du chômage

©2006 20 minutes

— 

AFP TV

Une information qui pourrait coûter l'élection à la droite. Le chômage n'a pas baissé en 2006. C'est ce que croit savoir Le Canard enchaîné d'hier. Selon le journal satirique, ce n'est pas à cause de « problèmes statistiques » que l'Insee ne révisera pas le taux de chômage en mars, comme d'habitude, mais en raison de « résultats calamiteux ». Car l'enquête sur l'emploi menée en 2006 révèle un taux à 9,2 %, loin du 8,7 % officiel. Alertés par l'Insee, les ministères de l'Emploi et de l'Economie auraient alors décidé de ne rien publier avant l'automne.

Tandis que les socialistes accusaient le gouvernement de « dissimulation d'informations défavorables », les démentis ont fusé, hier. « C'est de la pure fiction. L'Insee n'a pas à nous soumettre ses publications », indiquait le ministère de l'Emploi. En précisant : « Les chiffres mensuels, basés sur les fichiers de l'ANPE, sont fiables. » Même son de cloche du côté de Bercy. La baisse du chômage serait donc une réalité. Une affirmation nuancée par l'Insee, selon qui l'ANPE ne compte pas les chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT). Conclusion, « ce retard de la révision annuelle, une première, est une coïncidence malencontreuse ».

Angeline Benoit

Pour la CGT-Insee, la direction a connaissance des déboires de l'enquête emploi depuis des mois. Mais les motifs statistiques invoqués sont « flous ». « Le chômage est sans doute plus élevé, mais on ignore le taux exact. »