Réduction de validité des billets TER: «Gare à la pratique du chiffre»

TRANSPORTS Autre idée: rendre plus dissuasives les amendes en cas de flagrant délit de fraude...

Bertrand de Volontat

— 

La Cour des comptes a épinglé au nom de l'égalité d'accès au service public ferroviaire les avantages tarifaires accordés par la SNCF aux proches de ses salariés, tout en reconnaissant que la "sensibilité sociale du sujet" freine toute tentative de modernisation.
La Cour des comptes a épinglé au nom de l'égalité d'accès au service public ferroviaire les avantages tarifaires accordés par la SNCF aux proches de ses salariés, tout en reconnaissant que la "sensibilité sociale du sujet" freine toute tentative de modernisation. — Damien Meyer AFP

La SNCF veut endiguer les fraudes sur ses lignes. Pour cela, un remède: certains billets de TER concernés ne seront plus valables pendant deux mois comme actuellement mais seulement pendant sept jours. Autre piste avancée mardi par la compagnie ferroviaire: rendre plus dissuasives les amendes en cas de flagrant délit de fraude. «Je souhaite que les amendes dépassent les 100 euros», a affirmé Alain Le Vern, le nouveau directeur général régions et Intercités cité par Le Parisien. Ce panel de mesures pourrait faire baisser la fraude de 35 % d’ici 2020 sur le réseau TER. La SNCF estime que la fraude lui coûte 300 millions d’euros chaque année.

Le train perd en souplesse

Interrogé par 20 Minutes, Jean-Claude Delarue, président de la Fédération des usagers des transports et des services publics (SOS Usagers), rappelle qu’il est évidemment «contre la fraude», car «c’est de l’argent en moins pour la SNCF qui limite ses investissements pour les passagers».

Attention toutefois à ne pas tomber dans «la pratique du chiffre», met-il en garde. «C’est assez scandaleux, renchérit la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut). Cette mesure fait perdre de la souplesse au train et les usagers pourraient se reporter sur leur véhicule pour se déplacer au quotidien».

«Une baisse du service proposé aux usagers»

Pour Jean-Claude Delarue, la SNCF «se défausse de la responsabilité de ne pas avoir suffisamment d’agents dans les trains». «Un contrôleur n’est pas qu’un poinçonneur, rappelle-t-il. Il a aussi un rôle commercial et rassurant auprès des usagers dans le wagon.» Et la Fnaut de poursuivre: «Nous le voyons comme une baisse du service proposé aux usagers».

Vingt-quatre heures après avoir annoncé que la ponctualité des TER était en fort recul, la SNCF ne ménage pas ses usagers avec ses annonces.