Roullier installe son labo sur le port de Saint-Malo

ECONOMIE Le groupe de nutrition végétale lance un centre de recherche...

Camille Allain

— 

Daniel Roullier a reçu le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian lundi.
Daniel Roullier a reçu le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian lundi. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

La triste zone industrielle qui borde le port de Saint-Malo devrait bientôt retrouver des couleurs. Le groupe Roullier, créé en 1959 dans la cité corsaire, a décidé d'y implanter son centre mondial de recherche et développement où fleuriront des serres végétales. Le géant de la nutrition animale y accueillera 200 ingénieurs agronomes et chimistes de 20 nationalités différentes pour élaborer ses produits de demain. Le centre mondial de recherche et de développement ouvrira fin 2015. Les travaux porteront sur la nutrition végétale, animale et humaine.

«Nous aurions pu nous installer à l'étranger mais nous avons une dette à l'égard de Saint-Malo», a rappelé lundi Daniel Roullier lors de la pose de la première pierre, en présence du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

«Nourrir la planète»

Le fondateur du groupe est aujourd'hui à la tête d'un véritable empire employant 7 000 personnes dans 46 pays et qui pèse plus de 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Après avoir conquis l'Europe et l'Amérique du Sud, Roullier ambitionne de s'imposer en Afrique et en Asie grâce à son laboratoire.

«Notre force, c'est l'innovation permanente. Certains industriels proposent le même engrais chimique pour toutes les cultures. Mais on ne nourrit pas du maïs comme on nourrit un plant de café. Nous, on s'adapte à la plante, tout en respectant les sols», explique Henri Boyer, président du directoire, pour justifier le succès du groupe. Grâce à ses produits, Daniel Roullier entend même limiter la faim dans le monde. «Si nous répondons aux besoins des paysans pour améliorer leurs plantes, alors nous n'aurons aucun problème pour nourrir la planète», assure-t-il.