50 milliards d’économies: Les pistes de Manuel Valls

DEPENSES Un effort inédit à réaliser entre 2015 et 2017...

B. de V.

— 

Manuel Valls à son arrivée le 4 avril 2014 à l'Elysée pour le premier conseil des ministres
Manuel Valls à son arrivée le 4 avril 2014 à l'Elysée pour le premier conseil des ministres — Lionel Bonaventure AFP

L’objectif est clair: L’Etat doit trouver 50 milliards d’euros d’économies pour les années 2015 à 2017. L'Etat devrait réaliser environ 17 milliards d'économies dans le cadre de la baisse de 50 milliards d'euros sur trois ans des dépenses publiques programmée par l'exécutif, tandis que la Sécurité sociale contribuera à hauteur de 23 milliards et les collectivités pour 10 milliards sur trois ans, a affirmé lundi le quotidien Les Echos.

Manuel Valls, nouveau premier Ministre, devrait toutefois rester discret sur ces chantiers, ce mardi lors de son discours de politiqué générale, qui devrait être axé sur le pacte de responsabilité.

Selon le journal, qui ne précise pas ses sources, le plan en train d'être finalisé par le gouvernement prévoit une participation à ce tour de vis général de l'Etat et des 550 opérateurs qui en dépendent à hauteur de 17 milliards d'euros.

Les dépenses de santé encore réduites

Cela devrait passer par un maintien du gel du point d'indice des fonctionnaires en 2015 et 2016, et le gouvernement pourrait «raboter» en outre de 10.000 à 15.000 postes, les 60.000 recrutements dans l'éducation qui étaient prévus sur le quinquennat. Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, attend ce lundi du Premier ministre qu'il réponde à «l'urgence de l'emploi» et juge «inacceptable» cet éventuel nouveau gel du traitement des fonctionnaires.

Selon lui, le gouvernement ne doit pas non plus revenir sur la création de 60.000 postes dans l'éducation nationale. «C'est un engagement qui a été pris et c'est pour des services rendus aux citoyens», a-t-il dit en rappelant les nombreux cas d'enseignants non remplacés.

La Sécurité sociale, quant à elle, devrait économiser 23 milliards, ce qui passerait par une réduction supplémentaire d'un milliard d'euros par an de la progression des dépenses de santé, déjà sujettes à un plan d'économies.

Les coolectivités locales privées de trois milliards par an

Le quotidien assure en outre que les «allocations familiales de base» ne seront pas touchées mais évoque de possibles économies sur certaines prestations secondaires.

Enfin, les collectivités devraient contribuer au plan d'économies à hauteur d'environ 10 milliards, via une baisse de trois milliards d'euros par an en 2015, 2016 et 2017 des dotations versées par l'Etat.