Mariage PSA-Dongfeng: «Ce 26 mars est une date clé pour le groupe»

AUTOMOBILE Le mariage entre PSA et le constructeur automobile chinois Dongfeng a été officiellement scellé ce mercredi 26 mars sous l’égide de l’Etat français…

R.L.

— 

Des employés d'une usine de Dongfeng PSA Peugeot Citroën travaillent dans une usine de Wuhan, en Chine, le 2 juillet 2013
Des employés d'une usine de Dongfeng PSA Peugeot Citroën travaillent dans une usine de Wuhan, en Chine, le 2 juillet 2013 — AFP

Dans la salle des Tirages de l’hôtel d’Evreux, place Vendôme, la salle s’impatiente. Retenus à l’Elysée, les mariés sont arrivés avec près de 45 minutes de retard.

Finalement, Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, ouvre le bal. Il est suivi de Pierre Moscovici, ministre de l’Economie, Philippe Varin, président du directoire de PSA Peugeot Citroën, Xu Ping, président du conseil d’administration de Dongfeng et Robert Peugeot, président-directeur-général de FFP, la société de portefeuille de Peugeot. La nouvelle famille est là, la cérémonie peut commencer.

«Une nouvelle page dans l’histoire du groupe»

«Cette signature est la conclusion d’un processus intense pour l’avenir de l’entreprise […] PSA va désormais pouvoir se développer au niveau international avec de nouveaux projets», commente Pierre Moscovici. «Il s’agit du plus gros investissement chinois en France. C’est une preuve supplémentaire de l’attractivité de notre pays», ajoute-t-il.

Selon Philippe Varin, «c’est un moment historique pour tous les partenaires et une nouvelle page dans l’histoire du groupe […] La Chine est le marché le plus important de PSA. Nous allons pouvoir nous développer dans la région, notamment en Asie du Sud-Est. C’est également un grand jour pour tous les salariés. PSA est prêt pour repartir en conquête».

Xu Ping, président du conseil d’administration de Dongfeng, s’est également félicité: «Nous sommes tous témoins aujourd’hui dans cette ville magnifique de cette entrée en capital. Depuis 22 ans nous travaillons main dans la main et nous nous soutenons mutuellement […] Mais désormais, ensemble, nous serons plus compétitifs sur le marché automobile international».

Enfin, Thierry Peugeot s’est réjoui de cette union. «Ce 26 mars est une date clé pour le groupe. Nous pouvons désormais regarder l’avenir avec une ambition retrouvée».

Augmentation du capital de 3 milliards d’euros

C’est officiel donc. Le constructeur automobile chinois Dongfeng et l’Etat français entrent au capital de PSA Peugeot Citroën. Les deux nouveaux actionnaires vont débourser près de 800 millions d’euros chacun. Peugeot, qui détenait jusqu’alors 25,4 % du capital, va alors voir sa participation ramenée à 14 %, à égalité avec Dongfeng et les pouvoirs publics, à l’issue d’une augmentation de capital de 3 milliards d’euros.

PSA espère, grâce à ce mariage, se renforcer sur le premier marché automobile mondial, la Chine, mais également en Asie du Sud-Est, afin de réduire sa dépendance au continent européen où les ventes de voitures neuves sont toujours en berne. L’objectif affiché est de tripler en 2020 le volume de production de DPCA (Dongfeng Peugeot-Citroën Automobiles) à 1,5 million de véhicules par an.