L’économie française se maintient dans «une situation conjoncturelle favorable», selon l’Insee

CONJONCTURE L'Institut national de la statistique et des études économiques a publié ce mardi ses enquêtes mensuelles de conjoncture pour le mois de mars…

C.P.

— 

Le siège de l'Insee à Paris.
Le siège de l'Insee à Paris. — LOIC VENANCE / AFP

Du mieux mais toujours pas d’optimisme. Selon les indicateurs présentés ce mardi par l’Insee, le climat des affaires est resté stable dans l’industrie manufacturière française en mars: l’indicateur synthétique mesurant le moral des industriels demeure à 100, c’est-à-dire sa moyenne de longue période (depuis 1976), pour le quatrième mois consécutif, indique l’institut. Dans les services et le bâtiment cet indicateur augmente même de 1 point, tandis qu’il progresse de 2 points dans les commerces de détail et de gros

Résultat: l’indicateur de retournement global «reste dans la zone indiquant une situation conjoncturelle favorable», a assuré l’Insee.

Bonne nouvelle supplémentaire: dans l’industrie, les carnets de commandes globaux sont quasi stables et les carnets de commandes étrangers enregistrent un net redressement pour s’établir au-dessus de leur niveau de long terme.

Toujours pas de reprise des embauches

Toutefois, les perspectives restent moroses dans la plupart des secteurs d’activité. Dans l’industrie, la vision des industriels sur l’activité dans son ensemble est ainsi en recul, et s’éloigne de sa moyenne de long terme. «Les stocks de produits finis sont stables et leur niveau est jugé inférieur à la normale», précise l’Insee dans son communiqué.

Même tendance dans les services: «les chefs d’entreprise sont moins nombreux qu’en février à estimer que l’activité s’est dégradée sur la période récente mais leurs anticipations d’activité pour les trois prochains mois restent pessimistes», explique l’institut. Du coup, les perspectives d’emploi restent mal orientées. Dans le commerce de gros, les employeurs sont même plus nombreux qu’en janvier à annoncer une baisse des effectifs sur les derniers mois et aussi nombreux à prévoir une baisse des effectifs.