Vente de SFR à Numericable: Un gagnant et trois déçus

TELECOMS Le conseil de surveillance de Vivendi a préféré ce vendredi l’offre d’Altice à celle de Bouygues contre l’avis du gouvernement...

Claire Planchard

— 

Une boutique Numericable à Nice le 7 mars 2014.
Une boutique Numericable à Nice le 7 mars 2014. — Lionel Cironneau/AP/SIPA

Coup de théâtre. Alors que l’offre de Bouygues était donnée favorite notamment grâce au soutien affiché de Bercy, Vivendi a finalement annoncé vendredi l’ouverture de négociations exclusives avec la maison mère de Numericable pour le rachat de SFR.

«Convergence du très haut débit fixe et mobile»

«Le Conseil […] estime que cette offre est la plus pertinente pour les actionnaires et les salariés du Groupe et qu’elle offre la meilleure sécurité d’exécution. Elle répond le mieux à l’objectif de Vivendi de devenir rapidement un acteur européen majeur des médias et des contenus et de renforcer SFR comme un acteur dynamique du très haut débit fixe et mobile», a expliqué Vivendi dans un communiqué. Le conseil de surveillance se donne trois semaines pour prendre sa décision..

Le groupe Altice, deuxième câblo-opérateur européen, a aussitôt salué cette annonce. «Nous sommes très heureux et très fiers que notre offre ait été retenue sur les critères objectifs et précis définis par Vivendi, dans l’intérêt des salariés et des actionnaires. Ensemble, nous créerons un champion national et européen du très haut débit fixe et mobile» a déclaré Patrick Drahi, le président-fondateur du groupe, dans un communiqué.

«Ce projet industriel ambitieux et tourné vers la croissance se fera en respectant à la lettre chacun des engagements pris par Altice auprès du gouvernement», précise le groupe qui avait accepté mercredi à la demande de Bercy, que ses engagements plus fermes en matière d’emploi, soient gravés dans le marbre des accords de licence avec l’Arcep, le régulateur du secteur.

L’Elysée qui avait fait savoir dès jeudi soir qu’il ne mettrait pas son veto à ce projet a réaffirmé vendredi sa ligne de «neutralité vigilante»: le gouvernement «prend acte» de la décision de Vivendi mais sera «particulièrement vigilant à la question de l’emploi, de l’investissement ainsi qu’aux tarifs et services offerts aux consommateurs», a déclaré le ministre de la Consommation, Benoît Hamon, dans une déclaration transmise à l’AFP.

Problèmes de concurrence

Pour Bouygues, le coup est dur. L'opérateur avait joué son va-tout mercredi soir en relevant in extremis son offre de rachat d’un milliard d’euros. Mais ça n’a pas suffi. «C’est une déception mais Bouygues a fait la preuve qu’il était bien au centre du jeu avec son offre en montant un projet industriel extrêmement ambitieux. Même si c’est un échec, Bouygues Telecom sera forcément central sur le marché des télécoms dans les mois et les années à venir», confiait vendredi une source proche du dossier, en promettant de «rester vigilant par rapport aux contreparties qui pourraient être demandées à Numericable dans le fixe, mais aussi le câble et les contenus TV avec Canal+»: «Vivendi a privilégié une logique financière de cash au détriment du projet industriel en pensant notamment que ce serait plus court sur le plan de la concurrence mais c’est une erreur: examiner ce dossier va prendre beaucoup de temps et d’argent», met en garde cette source.

Chez Iliad, pas de commentaire officiel, mais l’échec de Bouygues Telecom signe aussi la fin de tout espoir de mettre la main sur une partie de son réseau: «comme indiqué dans le communiqué de dimanche dernier, les négociations exclusives avec Bouygues pour le rachat des fréquences 2G/3G/4G et du réseau mobile n’entraient en vigueur que dans le cadre où la vente de SFR à Bouygues aboutissait», a indiqué à 20 Minutes un porte-parole. 15.000 antennes dont le groupe avait grand besoin pour tenir à bon prix ses engagements de déploiement de réseau dans les délais.

Une situation bien résumée à la bourse de Paris, où le titre de Numericable s’envolait de 11,74% à la clôture alors que celui de Bouygues reculait de 2,93% et celui d’Iliad de 4,07%.