SFR: Vivendi annonce entrer en négociations exclusives avec Numericable

ECONOMIE Il laisse donc tomber les discussions avec Bouygues...

avec AFP

— 

Illustration d'une enseigne de l'entreprise SFR.
Illustration d'une enseigne de l'entreprise SFR. — CHAUVEAU NICOLAS/SIPA

Le choix de Vivendi est donc fait. Le groupe a annoncé entrer en négociations exclusives avec Numericable pour céder SFR dont il est propriétaire. Le conseil de surveillance de Vivendi s'est réuni vendredi pour décider du sort de l'opérateur télécom français, que le groupe avait initialement décidé d'introduire en bourse, avant de recevoir d'alléchantes offres de rachat de Bouygues et de Numericable.

Le conseil de surveillance « a décidé d'entrer en négociations exclusives avec Altice pour une période de trois semaines », sur la base d'une offre qui prévoit un paiement de 11,75 milliards d'euros pour Vivendi, ainsi que l'attribution de 32% du capital de la nouvelle entité. Pour Vivendi, la proposition d'Altice « répond le mieux à l'objectif (du groupe) de devenir rapidement un acteur européen majeur des médias et des contenus et de renforcer SFR comme un acteur dynamique du très haut débit fixe et mobile ».

Bataille sans merci

Toutefois, à l'issue de ces trois semaines de réflexion, « le conseil de surveillance se réunira à nouveau pour examiner les suites à donner et s'il doit en conséquence mettre un terme aux autres options envisagées », souligne Vivendi. Altice et Bouygues, propriétaire de Bouygues Telecom, numéro trois du marché français des télécoms, se livrent depuis le 5 mars à une bataille sans merci pour convaincre Vivendi.

Bouygues avait ainsi relevé jeudi son offre de débourser 11,3 milliards d'euros en numéraire, en proposant d'octroyer à Vivendi 43% du capital de ce que serait le nouvel ensemble. Son projet valorise SFR à 15,5 milliards d'euros. De son côté, Altice a également relevé son offre in extremis puisque, dans sa proposition initiale, avaient été mis sur la table 10,9 milliards d'euros en numéraire avec 32% du capital de la société fusionnée pour Vivendi.

Le gouvernement sera vigilant sur la question de l'emploi

Le gouvernement « prend acte » de la décision de Vivendi de poursuivre des négociations exclusives avec Altice, maison mère de Numericable, pour la cession de sa filiale télécoms SFR, mais sera « particulièrement vigilant à la question de l'emploi », a déclaré à l'AFP le ministre de la Consommation, Benoit Hamon. « Ce rapprochement, s'il devait se confirmer, devra être examiné et validé par les autorités compétentes, l'ARCEP (ndlr: autorité de régulation des télécoms) et l'Autorité de la concurrence », a-t-il souligné dans une déclaration transmise à l'AFP. « Dans ce dossier, le gouvernement est particulièrement vigilant à la question de l'emploi, de l'investissement ainsi qu'aux tarifs et services offerts aux consommateurs », a-t-il ajouté.