Sous le soleil de Mexico

— 

Un ciel bleu, moins de stress et surtout, des prix beaucoup moins élevés, voilà ce qui a décidé Jim Papp,jeune retraité, à quitter les Etats-Unis pour s’installer à Cuernavaca, au Mexique, en 2001. A 61ans, cet ancien professeur de musique assure ne pas regretter son choix une minute. «J’ai travaillé pendant trente ans : cela me permet de bénéficier d’une retraite largement suffisante pour vivre ici. » Selon le département d’Etat américain, près d’un million de citoyens, le plus souvent retraités, sont passés de l’autre côté du Rio Grande. Et alors que les baby-boomers arrivent àl’âge de la retraite, certaines estimations tablent sur l’arrivée de près de dix ,millions d’Américains au Mexique dans les trente années à venir. « Restaurants, hôpitaux, golfs… Le pays dispose de toutes les infrastructures pour séduire les retraités », explique Nancy Gray, vice présidente du Newcomers Clubof Cuernavaca, unclub destiné à l’accueil des arrivants anglophones. Source de réjouissance pour certains professionnels – agents immobiliers en tête – le phénomène suscite des réactions hostiles dans un pays où les gringos sont parfois mal perçus… «Les prix des maisons sont devenus inaccessibles », déplore Jesus Hernandez, chauffeur de taxi à Cuernavaca. Et de s’insurger : «A l’heure où les Etats-Unis construisent un mur pour nous empêcher de venir, il est étrange qu’on leur permettede venir s’installer chez nous. »

Au Mexique, Valentin Bontemps