Les prêts internationaux ont continué de chuter au 3e trimestre 2013

© 2014 AFP

— 

Des billets d'euros
Des billets d'euros — Philippe Huguen AFP

Les créances transfrontalières ont continué de se contracter au troisième trimestre 2013, notamment face à l'asséchement des prêts interbancaires en particulier dans la zone euro, a indiqué dimanche la Banque des Règlements Internationaux (BRI).

Les prêts internationaux des banques déclarantes à la BRI ont chuté de 500 milliards de dollars (360 milliards d'euros) entre fin juin et fin septembre, ce qui correspond à une baisse de 1,8% sur la période, selon les statistiques publiées dans le rapport trimestriel de la BRI.

Fin septembre, les encours totaux des crédits transfrontaliers se situaient ainsi à 28.500 milliards de dollars, contre 29.500 milliards un an plus tôt, a précisé l'institution considérée comme la banque centrale des banques centrales.

Les emprunts dans les économies avancées ont reculé de 2,6% sur la période, enregistrant leur plus fort déclin en près de deux ans, bien que Japon ait constitué une exception notable, avec une hausse de 10%.

L'institution sise à Bâle, en Suisse, a mis en lumière une diminution prononcée de l'activité interbancaire transnationale dans la zone euro (-4,2%) mais aussi au Royaume-Uni (-7,8%).

Le financement interbancaire international a été très touché par la crise financière de 2007-2009 et les tensions qui l'ont suivie dans la zone euro, a pointé la BRI.

Depuis fin mars 2008, les prêts entre les banques d'un pays à l'autre se sont réduits de 5.700 milliards de dollars, pour tomber à 17.000 milliards à la fin du troisième trimestre 2013, a-t-elle quantifié.

«Cette contraction est imputable, pour les deux-tiers, aux banques dont le siège se trouve dans la zone euro, et pour la quasi-totalité du troisième tiers, aux banques suisses», a indiqué la BRI dans un communiqué.

Elle a cependant relevé que les crédits aux établissements non-bancaires, qui incluent les autres institutions financières ainsi que les banques et les entreprises, avaient également décliné aux États-Unis et, là encore, dans la zone euro.

Bien que ce repli soit modeste (-0,3%), il fait néanmoins suite à une baisse au trimestre précédent.

Dans les économies émergentes, les prêts ont en revanche progressé de 1,7% après avoir été touchés au trimestre précédent par les inquiétudes concernant la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine, qui avaient poussé les investisseurs à retirer leur argent de pays tels que l'Inde ou le Brésil.

Ce rebond a cependant été très contrasté d'un pays à l'autre, a nuancé la BRI. Bien que les crédits aient augmenté dans des pays comme la Chine (+8,5%), ou encore la Malaisie (9,3%) et les Émirats Arabes Unis (+6,3%), ils ont cependant continué de fléchir en Inde (-6,3%), au Brésil (-1,1%) mais aussi en Turquie (-2,8%).

«Pour la Turquie, il s'agit de la première chute substantielle dans les créances transfrontières sur environ deux ans», a noté la BRI dans son rapport.