Electricité : Bruxelles veut booster la concurrence

— 

Outre la lutte contre le réchauffement climatique, la Commission européenne entend également développer la concurrence sur les marchés énergétiques européens en plaidant pour la séparation des activités de production d'électricité et de gestion des réseaux de distribution.

Bruxelles devrait mettre prudemment deux options sur la table: soit une séparation totale entre producteurs et distributeurs, soit la mise en place d'un opérateur indépendant de gestion des réseaux, dont le producteur pourrait rester propriétaire.

De nombreux commissaires, notamment celle à la concurrence Neelie Kroes, plaident pour un découplage total, qui est déjà une réalité dans 12 pays européens, mais la France (EDF est propriétaire du réseau RTE) et l'Allemagne y sont fortement opposés. Le gouvernement français a d’ailleurs immédiatement réagi à l’annonce de Bruxelles, le ministère délégué à l'Industrie rappelant qu’il s'oppose à la séparation entre la distribution et la production d'énergie.

Neelie Kroes devait présenter mercredi après-midi les résultats d'une enquête sur le secteur, en soulignant le manque de concurrence au détriment selon elle des consommateurs. Cette question est étroitement liée à celle des régulateurs nationaux, dont Bruxelles voudrait également renforcer les pouvoirs, mais là aussi en soumettant aux 27 plusieurs options.

Ce plan d'action sera débattu par les pays de l’Union en vue d'une adoption au sommet européen de mars. En fonction des orientations décidées par les chefs d'Etat et de gouvernement, la Commission mettra ensuite sur la table des propositions législatives.